Les Néo-Écossais devraient «éviter» la région d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick

HALIFAX — Les responsables de la santé publique en Nouvelle-Écosse demandent aux citoyens d’éviter les voyages non essentiels dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, en raison d’une augmentation des cas de COVID-19 dans la région d’Edmundston.

Les autorités de la Nouvelle-Écosse se disent également préoccupées par la présence dans cette région d’un variant, plus contagieux, identifié pour la première fois au Royaume-Uni.

La Nouvelle-Écosse n’hésitera pas à fermer sa frontière provinciale si une éclosion de COVID-19 dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick se propage ailleurs, a assuré vendredi le premier ministre Iain Rankin.

Un avis demandant d’éviter tout voyage non essentiel dans la région d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick, a été publié jeudi soir par les responsables de la santé de la Nouvelle-Écosse. Cette décision intervient une semaine après que M. Rankin a annoncé que les personnes voyageant du Nouveau-Brunswick vers sa province n’auraient plus à observer une quarantaine.

M. Rankin a déclaré que sa province surveillait la situation de près. «Si nous devons fermer à nouveau notre frontière avec le Nouveau-Brunswick, nous le ferons», a-t-il déclaré aux journalistes.

Le médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le docteur Robert Strang, a déclaré que les déplacements dans la région d’Edmundston devraient être évités, «à moins que cela ne soit absolument nécessaire».

Peu après les propos de M. Strang, le Nouveau-Brunswick a signalé vendredi 13 autres cas du coronavirus — tous dans la région d’Edmundston.

La Nouvelle-Écosse a signalé vendredi cinq nouveaux cas confirmés de COVID-19, ainsi qu’un cas probable lié à une école secondaire de premier cycle de la région de Halifax. La province compte désormais 27 cas actifs connus.

Les nouveaux cas sont tous dans la région de Halifax, avec deux faisant l’objet d’une enquête et les trois autres étant des contacts étroits de cas précédemment signalés. 

Treize cas dans la région d’Edmundston 

Les responsables de la santé au Nouveau-Brunswick ont signalé 13 nouveaux cas de COVID-19 dans la région d’Edmundston vendredi, qui fait l’objet de nouvelles restrictions pendant quatre jours à la suite d’une augmentation soudaine et brutale des cas.

Le maire suppléant de la ville d’Edmundston, Eric Marquis, a déclaré que les résidents étaient frustrés par la propagation continue du nouveau coronavirus dans la région et qu’il encourageait tout le monde à se faire dépister. «Ils sont frustrés et nous ressentons aussi beaucoup d’anxiété, a-t-il déclaré dans une entrevue vendredi. Nous devons être patients et nous devons nous en sortir.»

M. Marquis a affirmé que lui et sa famille faisaient partie des quelque 1500 personnes qui se sont rendues jeudi dans une clinique de dépistage de masse. Ces tests se sont poursuivis vendredi.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre Blaine Higgs a déclaré qu’il y avait des preuves que certaines personnes qui s’étaient rassemblées dans la région ne respectaient pas les règles de santé publique, ajoutant que la province pourrait devoir changer l’orientation des vaccinations dans la région.

«Nous examinons des stratégies autour de la livraison de vaccins», a déclaré M. Higgs aux journalistes à l’Assemblée législative provinciale. Il a indiqué que la stratégie vaccinale dans la région serait discutée la semaine prochaine par le comité du cabinet multipartite sur la COVID-19.

«C’est un sujet pour la prochaine réunion après ce week-end et après avoir accompli tous les tests», a dit M. Higgs. «Où voyons-nous les problèmes? Combien de cas avons-nous? Comment cela se compare-t-il aux autres régions de la province?»

Les responsables de la santé ont imposé jeudi des restrictions de «coupe-circuit» dans la ville d’Edmundston et dans la région du Haut-Madawaska, qui bordent le Québec et le Maine, après avoir signalé 30 infections à travers la province, dont 24 dans la région d’Edmundston.

M. Marquis a déclaré qu’il était trop tôt pour savoir si le Maine et le Québec sont à l’origine de l’augmentation des cas de COVID-19 dans la province.

«Nous sommes conscients que le fait d’avoir l’État du Maine juste à côté de nous et la frontière du Québec peut représenter certains problèmes, mais comme je l’ai mentionné, pour le moment, nous n’avons pas d’informations si les infections proviennent de ces régions», a-t-il déclaré.

M. Marquis a déclaré être au fait d’une exposition publique lors d’un match de hockey le week-end dernier, mais il a fait valoir que les organisateurs respectaient les directives provinciales en matière de santé et qu’il y avait moins que le nombre autorisé de participants.

Le Nouveau-Brunswick compte 99 cas actifs signalés et quatre patients hospitalisés atteints de la maladie. La province a signalé un total de 1559 cas de COVID-19 et 30 décès liés au virus depuis le début de la pandémie.

Trois cas à l’Île-du-Prince-Édouard

Les responsables de la santé de l’Île-du-Prince-Édouard ont signalé vendredi trois nouveaux cas de COVID-19.

Selon la Dre Heather Morrison, administratrice en chef de la santé publique, les nouveaux cas impliquent deux hommes dans la vingtaine et un dans la quarantaine.

Les trois cas sont liés à des voyages à l’extérieur de la région de l’Atlantique.

L’Île-du-Prince-Édouard compte 12 cas de COVID-19 actifs déclarés.

Laisser un commentaire