Les Nord-Coréens peinés par la silhouette amincie de Kim Jong-un

SÉOUL, Corée, République de — Des Nord-Coréens en pleurs s’inquiètent de la silhouette «émaciée» du dictateur Kim Jong-un selon la télévision d’État qui citait un citoyen sur le sujet. Il s’agit d’une rare confirmation des spéculations étrangères à propos de l’importante perte de poids du leader.

Ces commentaires sont perçus comme une stratégie dans le but de stimuler l’appui de la population derrière les efforts de Kim Jong-un pour redresser une économie dévastée par la pandémie de COVID-19, la mauvaise gestion, les sanctions économiques des Nations unies et les catastrophes naturelles, estiment certains experts.

«Nos coeurs ont eu le plus mal lorsqu’on a vu la silhouette émaciée (de Kim)», a déclaré un homme non identifié portant un chapeau de paille sur les ondes de la chaîne de télévision d’État nord-coréenne vendredi. «Tout le monde dit qu’ils ont eu les larmes aux yeux», a-t-il ajouté.

Sur de récentes photos officielles, Kim Jong-un semble effectivement avoir perdu beaucoup de poids. Selon certains observateurs, le dictateur qui mesure environ 170 centimètres pesait autour de 140 kilogrammes. Il aurait récemment perdu entre 10 et 20 kilogrammes. 

La santé de Kim Jong-un fait l’objet d’une attention particulière depuis l’extérieur de la Corée du Nord alors que le dictateur de 37 ans n’a toujours pas identifié publiquement sa succession en cas d’incapacité.

Certains observateurs au sud, à Séoul, croient probable que Kim Jong-un se soit soumis à une diète pour des raisons de santé, mais d’autres allèguent que sa perte de poids pourrait être liée à des problèmes de santé.

Connu pour sa consommation élevée d’alcool et de tabac, Kim Jong-un vient aussi d’une famille avec un historique de problèmes cardiaques. Son père et son grand-père qui ont dirigé l’État avant lui sont tous les deux morts de problèmes cardiaques.

Au cours des derniers mois, Kim Jong-un a lancé un appel à l’unité du pays pour surmonter ce qu’il a décrit comme «la pire» crise jamais vécue en raison de la fermeture des frontières qui a drastiquement réduit le commerce international. Ce à quoi il faut ajouter les effets des sanctions américaines et la perte des récoltes en raison du mauvais temps l’été dernier.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.