Les oestrogènes pourraient faciliter la propagation du cancer

MONTRÉAL — Les œstrogènes présents dans le microenvironnement de la tumeur pourraient faciliter la croissance des métastases hépatiques chez les femmes atteintes de cancers du côlon, du pancréas et du poumon, croient des chercheurs de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM).

Leurs travaux démontreraient pour la première fois que le microenvironnement immunitaire du foie réagit différemment aux cellules métastatiques chez les souris mâles et femelles et que la principale hormone féminine, l’œstrogène, peut indirectement contribuer à la croissance des métastases.

Leurs conclusions, récemment publiées dans Nature Communications, plaident en faveur d’une exploration plus approfondie du rôle des hormones sexuelles chez les femmes atteintes de cancer et des avantages potentiels des médicaments anti-œstrogènes, comme le tamoxifène, dans le traitement des cancers hormono-indépendants qui se métastasent dans le foie.

En augmentant et en diminuant les niveaux d’œstrogènes dans leurs modèles de souris, la professeure Pnina Brodt et ses collègues ont découvert que l’œstrogène joue un rôle dans l’expansion des métastases hépatiques — une cause majeure de décès associé au cancer.

L’équipe a observé que les œstrogènes induisent un environnement immunotolérant qui aide les cellules tumorales à croître, et que l’élimination des œstrogènes réduit l’accumulation et l’activité de certaines cellules qui peuvent entraver l’activité des lymphocytes T, dont le rôle est de tuer les cellules cancéreuses.

Des recherches plus poussées sont maintenant nécessaires pour déterminer si les œstrogènes jouent le même rôle chez les patientes cancéreuses et si des anti-œstrogènes de faible toxicité (comme le tamoxifène) pourraient être utilisés en conjonction avec l’immunothérapie pour neutraliser l’environnement immunosuppresseur chez les patientes atteintes de cancers non spécifiques au sexe, préménopausées et présentant des taux d’œstrogène plus élevés.