Les pannes dans un réseau hospitalier de Toronto n’étaient pas des cyberattaques

TORONTO — Un important réseau hospitalier de Toronto indique avoir restauré «pratiquement tous» ses systèmes numériques mardi matin, attribuant la panne de la veille à des problèmes internes et non à une cyberattaque extérieure.

Les problèmes liés à la panne signalée lundi étaient «entièrement internes» et aucune violation des données des patients n’a été constatée, a déclaré le Réseau University Health dans un communiqué. 

L’organisation a par ailleurs mentionné être convaincue que la panne n’était pas le fruit d’une cyberattaque et que le travail effectué durant la nuit de mardi a permis de restaurer «pratiquement tous les systèmes», en plus «d’assurer leur stabilité».

Les premiers rapports sur la panne avaient suscité des inquiétudes quant à une éventuelle violation de la cybersécurité, après que l’Hôpital pour enfants malades de Toronto ait subi une attaque de rançongiciel le mois dernier.

University Health avait annoncé lundi avoir émis un code gris, c’est-à-dire un code d’hôpital pour défaillance du système, après avoir décelé des pannes dans ses systèmes informatiques dans le réseau hospitalier.

Tous les systèmes devaient être pleinement opérationnels d’ici la fin de la journée de mardi, a indiqué l’hôpital.

«Il y aura des retards dans les soins prévus mardi, comme il y en a eu lundi. Nous regrettons les désagréments et les inquiétudes que cela a causés aux patients et à leurs familles. Nous nous assurerons aussi de corriger les causes de la panne», a déclaré l’organisation.

Le réseau hospitalier a dû annuler six interventions chirurgicales lundi et s’efforçait de les replanifier le plus rapidement possible, a déclaré sa porte-parole Gillian Howard à une émission de radio locale.

Pendant la panne, les médecins ne pouvaient pas voir les systèmes d’imagerie numérique et  les patients ne pouvaient pas accéder aux résultats des tests depuis leur domicile via la plate-forme du réseau, a ajouté la vice-présidente aux affaires publiques et aux communications.

Le réseau – qui gère entre autres l’Hôpital général de Toronto, l’Hôpital de Toronto Ouest, le Centre de traitement du cancer Princess-Margaret et un certain nombre d’autres établissements de soins de santé – a dû collecter manuellement des données sur les soins qu’il a dispensés lundi, a poursuivi la porte-parole.

Certains retards devaient se poursuivre mardi, alors que le personnel continuait d’entrer ces données dans le système. «Nous remercions toutes les personnes qui ont travaillé toute la nuit pour s’assurer que nous pouvons être pleinement opérationnels aujourd’hui», a déclaré le Réseau University Health.

Pendant ce temps, l’Hôpital pour enfants malades de Toronto a déclaré la semaine dernière qu’il avait restauré 80 % de ses systèmes prioritaires et levé son code gris publié pour la première fois le 18 décembre en réponse à la cyberattaque.

LockBit, un groupe notoire de rançongiciels, s’est excusé après avoir affirmé qu’un de ses partenaires était à l’origine de cette attaque et a proposé à l’hôpital un décrypteur pour restaurer ses systèmes. 

L’hôpital a déclaré ne pas l’avoir utilisé, tandis que ses équipes de technologie de l’information ont continué à travailler pour restaurer les autres systèmes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.