Les parents d’une victime de Parkland créent une vidéo pour inciter les jeunes à voter

FORT LAUDERDALE, Fla. — Les parents d’un adolescent tué dans la fusillade de 2018 dans une école secondaire de Parkland, en Floride, ont créé une vidéo s’appuyant sur l’intelligence artificielle dans laquelle leur fils appelle les jeunes à voter.

Portant son chandail à capuchon, un écouteur suspendu à une oreille, Joaquin Oliver exhorte ses pairs à appuyer les candidats qui mettront fin à la violence armée aux États-Unis. L’élection du mois prochain aurait été sa première occasion de voter.

Les manières et l’argot du jeune homme de 17 ans sont incroyablement vivants, mais ce n’est qu’un mirage — une recréation réaliste et presque étrange de l’adolescent qui figurait parmi les 17 personnes tuées à l’école secondaire Marjory Stoneman Douglas en Floride.

De sa tombe, l’adolescent appelle les jeunes à faire ce qu’il ne pourra plus jamais faire.

«Je suis parti depuis deux ans et rien n’a changé, mon frère. Des gens se font encore tuer par des armes à feu », dit-il dans la vidéo créée par l’association mise sur pied par ses parents pour mettre fin à la violence armée. «Vous devez remplacer mon vote.»

Après la mort de leur fils, Manuel et Patricia Oliver ont fondé l’organisation Change The Ref pour permettre aux jeunes d’apporter des changements sociaux par l’éducation et le militantisme sur une variété de questions, notamment la violence armée.

Ils ont contribué à créer chaque détail de la vidéo, de la garde-robe de leur fils à ses manières et à ce qu’il aurait dit, en s’appuyant sur son compte Twitter et d’autres réflexions pour les guider.

L’adolescent, qui était surnommé Guac, a vécu le racisme à un jeune âge et il était très protecteur envers ses parents, des immigrants hispaniques. À l’âge de 12 ans, il avait écrit une lettre à des détaillants d’armes pour leur demander pourquoi ils ne soutenaient pas la vérification des antécédents des acheteurs.

«Nous laissons Joaquin développer ses idées (…) et comment il réagirait aux choses qui se passent aujourd’hui», a expliqué son père. «Nous connaissons si bien notre fils et nous savons exactement ce qu’il attendait de la vie.»

Les images dans la vidéo sont si réalistes qu’elles ont été difficiles à voir au début par ses parents endeuillés.

«J’avais du mal à respirer», a déclaré sa mère à propos de la première fois où elle a vu la vidéo. «Bien sûr, nous savons que ce n’est pas Joaquin, mais ils ont fait un travail tellement incroyable avec la technologie.»

Laisser un commentaire