Les points saillants des dernières données de recensement

OTTAWA — Statistique Canada a rendu publiques, mercredi, son sixième et dernier ensemble de données tirées du recensement de 2016. Ces données sont axées sur la scolarité, le travail, le déplacement travail-domicile, la langue de travail, la mobilité et la migration.

Voici quelques points saillants:

 

— Le Canada détient la plus grande proportion de titulaires d’un diplôme d’études collégiales ou d’un diplôme d’études universitaires par rapport aux autres pays de l’OCDE, 54 pour cent des résidants détenant un diplôme collégial ou universitaire en 2016, alors qu’ils étaient 48,3 pour cent à en avoir un en 2006.

— En 2016, 40,7 pour cent des jeunes femmes de 25 à 34 ans étaient titulaires d’un baccalauréat ou d’un grade supérieur, comparativement à 32,8 pour cent en 2006. La proportion de jeunes hommes du même âge détenant un certificat d’apprenti a aussi augmenté considérablement, passant de 4,9 pour cent en 2006 à 7,8 pour cent en 2016.

— Pour la première fois, les femmes de 25-34 ans représentaient un peu plus de la moitié (50,6 pour cent) des jeunes Canadiens titulaires d’un doctorat acquis, mais elles continuaient cependant à représenter moins de la moitié des jeunes titulaires d’un doctorat acquis dans des domaines comme l’architecture, le génie et les services connexes, les mathématiques, l’informatique et les sciences de l’information et les sciences physiques et de la vie, et technologies.

— Seuls 18,6 pour cent des Canadiens en âge de travailler titulaires d’un diplôme d’études postsecondaires ont obtenu un diplôme dans les domaines des sciences, des technologies, du génie et des mathématiques.

— Quatre immigrants de 25 à 64 ans sur 10 étaient titulaires d’un baccalauréat ou d’un grade supérieur, comparativement à un peu moins de 25 pour cent du côté de la population du même âge née au Canada. Parmi les immigrants récents, les femmes étaient plus susceptibles que les hommes d’être titulaires d’un baccalauréat ou d’un grade supérieur en 2016.

— Les femmes titulaires d’un baccalauréat ont en effet gagné environ 40 pour cent de plus que les femmes titulaires d’un diplôme d’études collégiales et environ 60 pour cent de plus que les femmes dont le niveau de scolarité le plus élevé était un diplôme d’études secondaires.

— En 2016, 20,4 pour cent des mères seules de 25 à 64 ans étaient titulaires d’un baccalauréat ou d’un grade supérieur, comparativement à 14,7 pour cent en 2006. Ce pourcentage grimpait à 39 pour cent du côté des mères de 25 à 64 ans qui sont mariées ou vivent en union libre, comparativement à 26,9 pour cent en 2006.

— Plus de Canadiens que jamais se déplacent pour aller au travail: depuis 1996, le nombre de travailleurs ayant à se déplacer à leur lieu de travail a augmenté de 3,7 millions pour atteindre 15,9 millions en 2016, ce qui représente une croissance de 30,3 pour cent. Parmi eux, les utilisateurs du transport en commun ont augmenté de 59,5 pour cent, tandis que le nombre de ceux qui utilisent un véhicule s’est accru de 28,3 pour cent.

— En 2016, les navetteurs canadiens ont consacré en moyenne 26,2 minutes à leurs déplacements entre le domicile et le lieu de travail, ce qui représente une augmentation de 0,8 minute par rapport à 2011 (25,4 minutes). Plus précisément, les automobilistes mettaient en moyenne 24,1 minutes à se rendre au travail, et les usagers du transport en commun, 44,8 minutes.

— Le nombre de Canadiens qui se rendaient au travail à pied l’an dernier a grimpé de 3,2 pour cent comparativement à il y a 20 ans. Le nombre de cyclistes a crû de 61,6 pour cent depuis 1996.

— En 2016, 10,9 pour cent de l’ensemble des Autochtones de 25 à 64 ans étaient titulaires d’un baccalauréat ou d’un grade supérieur, comparativement à 7,7 pour cent en 2006; le pourcentage d’Autochtones qui ont obtenu un diplôme d’études collégiales a aussi augmenté, passant de 18,7 pour cent à 23 pour cent pendant la même période.

— Près d’un Canadien sur cinq de 65 ans et plus a déclaré avoir travaillé à un moment donné en 2015, près du double de celle enregistrée en 1995. Un total de 5,9 pour cent des personnes âgées ont travaillé toute l’année 2015 à temps plein. Il s’agit de la plus forte proportion depuis que des mesures comparables ont été introduites dans le Recensement de 1981. Ceux qui ont travaillé toute l’année à temps plein ont vu leur revenu médian d’emploi augmenter de 30,6 pour cent, en dollars constants de 2015.

— Près de 7,0 pour cent de l’ensemble des travailleurs utilisant un véhicule privé mettaient au moins une heure pour se rendre au travail, soit 853 610 personnes, contre 815 770 en 2011.

— Un moins grand nombre d’hommes du principal groupe d’âge actif (les 25 à 54 ans) travaillent à temps plein toute l’année, soit 56,2 pour cent, comparativement à 63,3 pour cent 10 ans plus tôt. Il s’agit du plus faible pourcentage jamais observé.

— Les femmes étaient quatre fois plus nombreuses que les hommes à travailler dans le domaine de la santé, tandis que les hommes étaient trois fois plus nombreux dans le secteur des hautes technologies.

— Le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest ont connu les taux d’emploi les plus élevés en 2016, soit de 68,5 pour cent et de 66,2 pour cent, respectivement. Ces territoires sont suivis des provinces des Prairies, soit l’Alberta à 65,4 pour cent, la Saskatchewan à 63,5 pour cent et le Manitoba à 61,7 pour cent.

— Les trois professions les plus communes au Canada pour les femmes étaient celles de vendeuse dans un commerce de détail, d’infirmière autorisée et d’infirmière psychiatrique autorisée, ainsi que de caissière. Du côté des hommes, les professions les plus communes étaient celles de conducteur de camion de transport, de vendeur dans le commerce de détail et de directeur dans le commerce de détail et de gros.

— Les hommes étaient plus nombreux que les femmes — 62,2 pour cent contre 37,8 pour cent — dans les postes de gestion en 2016, mais le pourcentage de femmes a augmenté depuis 2006, alors qu’il était à 36,5 pour cent.

— Les femmes formaient la moitié des omnipraticiens et des médecins spécialistes au Canada en 2016, en hausse par rapport à 34 pour cent en 1996.

— En raison d’une baisse de 30 pour cent du nombre d’exploitations agricoles depuis 1996, la proportion de Canadiens travaillant à domicile a diminué de 8,2 pour cent en 1996 à 7,4 pour cent en 2016. Lorsque les professions en agriculture étaient exclues du calcul, les proportions de Canadiens travaillant à domicile en 1996 et en 2016 étaient pratiquement identiques, se situant à un peu plus de 6 pour cent.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie