Les policiers démantèlent une importante fabrique de métamphétamines près de Québec

MONTRÉAL — Un trio de présumés fabricants et trafiquants de stupéfiants a été interpellé en fin de semaine dernière après sept mois d’enquête.

Différents corps policiers regroupés dans l’Escouade nationale sur la répression du crime organisé (ENRCO) ont réalisé six perquisitions dans trois municipalités de la Rive-Sud de Québec et en Beauce, soit à Saint-Gervais, Saint-Lazare-de-Nantes et Sainte-Marie.

Ces perquisitions, menées samedi et dimanche dans des résidences, des commerces et des véhicules ont mené à l’arrestation de trois individus âgés de 30, 36 et 40 ans ainsi qu’à la saisie de quantités importantes de stupéfiants. 

On parle notamment de 18 000 comprimés de méthamphétamines, plus de 250 grammes de cocaïne, au-delà de 23 kilos de méthamphétamines en cristaux, plus de 100 kilos de cannabis et près d’un millier de plants de cannabis.

Les policiers ont également saisi des équipements et produits requis pour fabriquer de la métamphétamine ainsi qu’une demi-douzaine d’armes longues.

Les trois suspects ont été rencontrés par les enquêteurs puis libérés et feront vraisemblablement face à des accusations liées à la production, au trafic et à la possession de stupéfiants.

«Des choix de vie dont je vais payer le prix»

Selon le quotidien La Presse, l’un des trois suspects interpellés est un dénommé Mathieu Isabelle qui a pris l’inhabituelle initiative de l’annoncer sur les réseaux sociaux. L’homme de 36 ans a en effet écrit sur le réseau Facebook que lui, des amis et des membres de sa famille ont eu «droit à la visite de la Sûreté du Québec et l’ENRCO», que ses propriétés ont été perquisitionnées, qu’il a été libéré et qu’il s’attend à d’autres visites dans les semaines à venir lorsque la preuve aura été analysée et traitée.

Plus étonnant encore, il reconnaît candidement avoir fait «des choix de vies (sic) dont je vais payer le prix» et s’attend maintenant à «faire plusieurs années de prison» et se dit enfin «vraiment désolé de tous inconvénient (sic) que vont peut-être subir amis et connaissances», le tout dans un partage qui est public et non restreint à ses amis.

Sa page Facebook montre également deux vidéos d’une grande culture intérieure de cannabis, dont une avec la mention «Viva Legalizacion» où il affirme dans les commentaires être détenteur d’une licence de production.

L’ENRCO avait amorcé son enquête en juin dernier et l’opération du week-end a mobilisé de nombreux policiers de différentes unités d’enquête, dont un maître-chien, un technicien en explosifs et le groupe tactique d’intervention. 

L’ENRCO de la région de Québec est composée de policiers de la Sûreté du Québec, de la GRC, du Service de police de la Ville de Québec ainsi que du Service de police de Lévis.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.