Les policiers ont laissé Andre Hill agoniser pendant cinq minutes après la fusillade

COLUMBUS, Ohio — Plusieurs policiers sont restés à l’écart pendant plusieurs minutes sans offrir les premiers soins à Andre Hill alors que celui-ci venait d’être atteint par les tirs d’un autre policier à Columbus, selon des images rendues publiques jeudi.

Sur les vidéos, captées par les caméras corporelles de plusieurs policiers, on voit M. Hill, toujours en vie et allongé seul au sol dans un garage, alors que des policiers s’affairent à sécuriser la zone.

L’homme noir de 47 ans a succombé aux blessures causées par les tirs de l’agent Adam Coy, qui est blanc. Les événements, qui se sont produits le 22 décembre, ont mené au congédiement du policier.

L’agent Coy a tiré sur M. Hill tandis que celui-ci sortait d’un garage en tenant un téléphone cellulaire dans sa main gauche. Une autre policière présente sur les lieux a déclaré qu’elle n’avait perçu aucune menace et n’avait pas vu d’arme à feu, contrairement à une allégation de l’agent Coy.

Environ cinq minutes après que M. Hill a été touché, alors qu’il gît au sol, on entend un policier dire: «Menottons-le! Il bouge encore!»

Deux agents font ensuite rouler M. Hill sur son ventre en le menottant, puis le remettent sur le dos pendant que les autres agents attendent l’arrivée d’une ambulance. Un policier se tient au-dessus de M. Hill en braquant une lampe de poche sur lui. Quelques minutes plus tard, un superviseur arrive et demande: «Quelqu’un fait quelque chose pour lui?» Le superviseur ordonne alors à un agent de commencer les manoeuvres cardio-respiratoires.

Le chef de la police de Colombus, Thomas Quinlan, s’est dit horrifié par le manque de compassion affiché dans les vidéos.

«En tant que chef de la police et en tant qu’être humain, les événements de la semaine dernière m’ont laissé ébranlé et navré pour la famille d’Andre Hill», a déclaré M. Quinlan dans un communiqué. «Tous les hommes et toutes les femmes qui portent ce badge devraient ressentir la même chose.»

Adam Coy et sa collègue Amy Detweiler répondaient à l’appel non urgent d’un résidant du secteur lorsqu’ils sont tombés sur Andre Hill.

Une femme qui se trouvait à l’intérieur de la maison où M. Hill a été abattu a dit aux policiers quelques instants après la fusillade qu’il venait lui apporter de l’argent pour Noël, selon des images des caméras corporelles.

«Il m’apportait de l’argent pour Noël! Il n’a rien fait!», peut-on l’entendre crier.

– Par Andrew Welsh-Huggins et John Seewer, The Associated Press

Laisser un commentaire