Les Premières Nations du nord de l’Ontario font face à une pénurie en santé

Un responsable de la santé publique a déclaré que les Premières Nations du nord de l’Ontario se trouvent dans une «situation très grave» alors qu’elles font face à une augmentation des cas de COVID-19 et à une pénurie continue de travailleurs de la santé.

Le Dr Lloyd Douglas de l’Autorité sanitaire des Premières Nations de Sioux Lookout affirme que l’augmentation des cas dans les communautés éloignées des Premières Nations du Nord impose un «fardeau supplémentaire» sur les services de santé qui étaient déjà mis à rude épreuve avant la pandémie.

Dans la première nation de Sandy Lake, plus d’un septième de la population – soit 613 personnes sur environ 3500 – avait la COVID-19, en date de lundi.

La cheffe de la Première Nation affirme que sa communauté compte actuellement environ la moitié des 12 infirmières qu’elle est censée avoir.

La cheffe Delores Kakegamic affirme que la pénurie de personnel a récemment obligé les infirmières à se limiter à s’occuper des urgences sanitaires.

Le Dr Douglas dit que tous les ordres de gouvernement doivent travailler ensemble pour mettre en place des plans et des politiques afin de maintenir les ressources nécessaires pour fournir des soins de santé adéquats aux communautés des Premières Nations.

———

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.