Les progrès contre le VIH risquent d’être compromis par les inégalités

MONTRÉAL — Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi, à l’occasion de la conférence internationale sur le sida à Montréal, que les inégalités croissantes pourraient inverser une décennie de progrès réalisés dans la lutte contre le VIH.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui s’est adressé à la conférence AIDS 2022 par vidéo, a déclaré que la COVID-19, l’inflation et les réductions de l’aide étrangère par les pays riches accentuaient les inégalités et perturbaient les services de santé.

«Dans presque tous les pays, l’écart entre les riches et les pauvres se creuse et la crise mondiale du coût de la vie plonge davantage de personnes dans la pauvreté, a déclaré M. Ghebreyesus,. Le populisme continue d’influencer la politique nationale et mondiale, avec un affaiblissement du soutien pour ceux qui en ont le plus besoin, y compris les migrants et les réfugiés.»

Il estime que même si le nombre d’infections au VIH et de décès liés au sida est bien inférieur à ce qu’il était il y a dix ans, ce progrès pourrait être facilement inversé.

Environ 1,5 million de personnes ont été infectées par le VIH l’année dernière et environ 650 000 décès ont été liés au sida, selon les Nations unies.

M. Ghebreyesus a dit s’inquiéter du fait que l’accès aux outils de prévention, au dépistage et au traitement du VIH dépend souvent de l’endroit où les gens vivent et de l’argent dont ils disposent.

«L’accès à des outils de prévention, de dépistage et des traitements vitaux, que ce soit pour le VIH, la COVID-19 et maintenant la variole simienne, repose trop souvent sur le hasard : où vous êtes né, la couleur de votre peau et combien vous gagnez», a-t-il fait valoir. 

Il a appelé les pays à adapter les réponses aux besoins individuels des communautés touchées par le VIH, et il a affirmé que les pays donateurs devaient maintenir le financement de la santé mondiale.

La conférence internationale sur le sida se déroule jusqu’à mardi au Palais des congrès de Montréal.

Plus de 9000 délégués du monde entier devaient y assister en personne, et 2000 autres se sont inscrits pour participer à distance.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.