Les provinces se seraient entendues pour faciliter le commerce intérieur

OTTAWA – Le ministre du Développement économique de l’Ontario s’attend à ce que les provinces s’entendent, vendredi, sur une proposition très attendue qui vise à alléger la toile complexe de barrières au commerce intérieur.

Brad Duguid a déclaré à La Presse canadienne que ses homologues provinciaux et lui dévoileront les grandes lignes d’une série de recommandations afin de favoriser le commerce entre les provinces.

M. Duguid, qui préside les discussions, a indiqué qu’il reviendrait aux premiers ministres des provinces de décider s’ils signent ou amendent une proposition qui est envisagée depuis environ deux ans.

Il a précisé que les premiers ministres auraient l’occasion de discuter des détails du plan lorsqu’ils se rencontreront plus tard en juillet à Whitehorse, au Yukon.

L’Accord sur le commerce intérieur a été signé en 1994 et, pendant des années, les réglementations contradictoires des provinces sur le commerce intérieur ont causé des maux de tête aux entreprises et aux consommateurs.

L’un des exemples cités fréquemment est la façon dont les réglementations provinciales empêchent l’exportation de bière à travers le pays.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, avait déclaré en entrevue, en avril, que le commerce intérieur au Canada était beaucoup moins libre à certains égards que le commerce extérieur. M. Poloz avait affirmé qu’imposer des barrières au commerce revenait à freiner à la croissance économique.

Alors que M. Duguid semblait optimiste quant à la possibilité que les premiers ministres s’entendent vendredi, le ministre albertain du Développement économique, Deron Bilous, n’était pas prêt à aller jusqu’à dire que les discussions déboucheraient sur un accord national.

Plus tôt cette semaine, un média avait rapporté que la question de l’approvisionnement était source d’inquiétude en Alberta durant les discussions sur le commerce intérieur. Un porte-parole de M. Bilous a plus tard affirmé que ces informations étaient «une description inexacte de la position de l’Alberta».

Le ministre du Commerce de la Saskatchewan a semblé plus optimiste que M. Bilous quant à la rencontre de vendredi.

Jim Harrison a déclaré en entrevue que des progrès considérables avaient été faits, notamment afin d’arrimer le plan des provinces avec l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, qui doit encore être ratifié. M. Harrison a toutefois souligné que d’autres discussions étaient nécessaires sur des questions secondaires, notamment les différentes ambitions des provinces.

En Nouvelle-Écosse, le ministre Michel Samson a admis qu’il y avait encore des questions à résoudre, dont certaines qui touchent directement sa province. Il a toutefois refusé de donner des détails avant la rencontre de vendredi.

M. Duguid a révélé que les recommandations s’attaqueraient énergiquement aux différentes réglementations à travers le pays qui compliquent le commerce entre les provinces. Il a également affirmé que l’accord serait suffisamment flexible pour permettre aux provinces d’être aussi ambitieuses qu’elles le souhaitent.

«Nous sommes collectivement très optimistes quant au fait que nous allons présenter aux premiers ministres l’accord de libre-échange le plus ambitieux et le plus large, tant à l’interne qu’à l’externe, que ce pays n’ait jamais signé», a-t-il dit.