Les rapides de Lachine où un pompier est mort ont une longue histoire de tragédies

MONTRÉAL — Le tronçon du fleuve Saint-Laurent où un pompier de Montréal est décédé lors d’un sauvetage la semaine dernière est connu depuis des siècles comme l’un des plus dangereux de la ville.

Aujourd’hui, les rapides de Lachine sont surtout une attraction pour les surfeurs, les kayakistes sportifs et les pique-niqueurs en bord de rivière, mais la mort de Pierre Lacroix, 58 ans, rappelle que Montréal doit son existence même à leur nature dangereuse.

Pierre Lacroix était l’un des quatre pompiers qui se trouvaient sur une embarcation qui a chaviré dimanche soir dernier lorsqu’ils tentaient d’aider un couple dans une autre embarcation en détresse. Alors que les autres ont tous été sauvés, Pierre Lacroix est décédé après être resté coincé sous le bateau.

Louise Desrosiers, porte-parole du service d’incendie de Montréal, a déclaré que les bateaux de sauvetage évitent généralement de s’aventurer dans le courant imprévisible des rapides.

«C’est un secteur qui est dangereux, donc les bateaux iront en amont pour sauver les gens ou en aval pour récupérer les gens qui ont traversé les rapides», a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique.

Louise Desrosiers a indiqué que huit casernes de pompiers ont des unités de sauvetage nautique, toutes dotées d’employés spécialement formés. Les appels à l’aide sont initialement classés soit comme « problème de moteur » ou comme « urgence maritime » le niveau le plus grave, ce qui se produit généralement lorsque quelqu’un est dans l’eau ou en danger immédiat.

Alors que les plaisanciers impliqués dans la tragédie qui a couté la vie à Pierre Lacroix avaient d’abord signalé un calage du moteur, Louise Desrosiers a déclaré qu’elle ne pouvait pas confirmer comment l’appel avait été catégorisé. Une enquête sur sa mort est toujours en cours.

Michel Martin, agent de prévention de la Garde côtière auxiliaire canadienne, décrit les rapides comme « impitoyables » et comme « un piège ».

Depuis qu’il a commencé avec le service en 2014, il a dit qu’il avait vu de plus en plus de plaisanciers, d’amateurs de planche à pagaie et de pêcheurs sur l’eau – et que certains d’entre eux sont inexpérimentés ou ignorants quand ils commencent à se faire prendre dans le courant.

Il a déclaré que les bateaux de la Garde côtière auxiliaire, comme ceux des pompiers, ne s’aventurent pas dans les rapides parce que les bateaux ne sont pas conçus pour les conditions qu’il décrit comme imprévisibles, avec des courants d’eaux rapides qui varient d’un tiers de mètre à trois mètres de profondeur et des roches.

«Nous ferons tout pour aider les personnes en détresse, mais pas au détriment de la vie de nos membres», a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique.

Pierre Lacroix est loin d’être le premier à perdre la vie dans les eaux dangereuses des rapides. Pour le meilleur ou pour le pire, les eaux tumultueuses ont façonné l’existence de la ville depuis ses premiers jours, selon l’historien Denis Gravel.

« Montréal ne serait pas Montréal sans les rapides, a déclaré Denis Gravel, spécialiste de l’histoire municipale.

Alors que l’île a longtemps été utilisée comme un lieu de rencontre et de pêche pour les peuples autochtones, elle a également été une sorte de barrage routier aux explorateurs européens, dont Jacques Cartier et Samuel de Champlain, qui se sont arrêtés après avoir appris que leurs navires ne pouvaient pas remonter la rivière.

Jusqu’à l’ouverture du canal de Lachine en 1825 pour contourner les rapides, les marchandises se dirigeant vers les Grands Lacs devaient être déchargées dans la région de Montréal ou transportées sur la terre ferme, ce qui a permis à la ville de devenir une zone de commerce et de colonisation.

« Depuis le début de la colonisation européenne, il y a « beaucoup, beaucoup d’histoires de naufrages et de dangers, de personnes qui se sont noyées ou sont allées pêcher et n’ont pas fait attention », a déclaré Denis Gravel.

L’un des premiers incidents signalés impliquait un associé de Samuel de Champlain qui s’était rendu sur une île voisine avec deux hommes autochtones. Leur bateau, chargé d’oiseaux, a chaviré sur le chemin du retour, et deux des trois se sont noyés.

Alors que les rapides étaient presque infranchissables en direction de l’ouest, les bateaux tentaient toujours de les franchir dans l’autre sens. Certains étaient des radeaux chargés de marchandises et dirigés par des navigateurs spécialisés qui, malgré leur habileté, perdaient parfois leur cargaison dans le courant. Plus tard, des bateaux à vapeur ont transporté des touristes à la recherche de sensations fortes.

En 1873, l’un de ces bateaux, le Louis Renaud, s’est écrasé dans les rapides, évitant la tragédie grâce aux Mohawks de Kahnawake, qui sont venus en aide aux passagers.

Il y a eu d’autres incidents plus récents. Un pêcheur est décédé après avoir perdu pied en 2010, et un surfeur est mort en 2013 après être tombé dans la populaire vague stationnaire surnommé «Habitat 67». L’été dernier, un homme a disparu après être tombé d’un bateau.

Le nombre de sauvetages dans les eaux montréalaises semble augmenter, même si les incidents dans les rapides sont restés stables. Le service d’incendie de Montréal a vu une augmentation de 30 pour cent du nombre total d’incidents nautiques depuis 2019 – ce qui, selon Louise Desrosiers, pourrait être attribuable à la popularité croissante des sports de plein air pendant la pandémie de COVID-19.

Louise Desrosiers mentionne qu’il est important pour les plaisanciers, surtout les moins expérimentés, de se rappeler que les forts courants du Saint-Laurent rendent la navigation difficile. Elle a dit qu’il est également crucial pour les plaisanciers de se familiariser avec leurs bateaux et les endroits où ils naviguent, d’éviter les drogues et l’alcool et de porter un gilet de sauvetage bien ajusté.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.