Les recherches se poursuivent dans les décombres de l’immeuble en Floride; 4 morts

SURFSIDE, Fla. — Des gens venus de partout dans le monde pour profiter de la côte atlantique de la Floride avaient choisi de s’installer dans l’immeuble Champlain Towers South, certains pour seulement une nuit, d’autres de façon plus permanente.

Un couple argentin et leur petite fille. Un enseignant bien connu de la région de Miami et sa femme. Des Juifs orthodoxes venus de Russie. Des Israéliens. La soeur de la première dame du Paraguay. D’autres Sud-Américains.

Ce ne sont que quelques-unes des quelque 160 personnes qui manquaient toujours à l’appel vendredi matin, au lendemain de l’effondrement de l’immeuble de 12 étages tôt jeudi. La portion de l’immeuble orientée vers la plage est tombée pour une raison inconnue, ne laissant derrière elle qu’un tas de débris haut de dix mètres.

Le bilan s’est alourdi vendredi à quatre pertes de vie, mais les responsables craignent de voir le bilan grimper en flèche. Onze personnes ont été blessées, dont quatre qui ont eu besoin de soins hospitaliers.

«C’est une période très difficile, et ce sera encore plus difficile au cours des prochains jours», a dit le chef de la police de Miami-Dade, Freddy Ramirez.

Des secouristes ont travaillé toute la nuit dans l’espoir de retrouver des survivants.

Un sénateur local, Jason Pizzo, a révélé au quotidien Miami Herald avoir vu six secouristes extraire des corps des décombres tôt vendredi. Les corps ont été transportés vers une tente installée sur la plage.

Plusieurs personnes étaient toujours rassemblées vendredi matin dans un centre destiné aux proches des disparus, en attendant les résultats d’analyses génétiques qui pourraient identifier les victimes.

Les responsables disent que la cause de la catastrophe n’est pas encore connue.

Des images montrent que le centre de l’immeuble semble être tombé en premier. La portion la plus rapprochée de la plage vacille ensuite, puis s’écroule quelques secondes plus tard dans un immense nuage de poussière.

Environ la moitié des 130 logements de l’immeuble ont été touchés. Les secouristes ont extrait au moins 35 personnes des décombres pendant les premières heures.

Un chef adjoint des pompiers du comté de Miami-Dade, Raide Jadallah, a dit que des microphones placés sur les débris ou à proximité n’ont pas détecté de voix. On aurait toutefois entendu des cognements qui donnent espoir aux secouristes.

Les secouristes utilisent le garage sous-terrain de l’immeuble construit en 1981 pour accéder aux décombres par-dessous. Cent trente secouristes ont travaillé toute la nuit.

Le médecin argentin Andres Galfrascoli, son mari Fabian Nuñez et leur fillette de six ans Sofia avaient passé la nuit à cet endroit, dans l’appartement de leur ami Nicolas Fernandez.

Le docteur Galfrascoli, un plasticien de Buenos Aires, et M. Nuñez, un dramaturge et comptable, étaient venus en Floride pour échapper à une éclosion de COVID-19 en Argentine et aux strictes mesures de confinement.

Ils avaient trimé dur pour pouvoir adopter Sofia, a dit M. Fernandez.

«Ils ont choisi le pire moment pour rester là, a-t-il dit. J’espère ce que ne sera pas le cas, mais s’ils sont morts, ce serait tellement injuste.»

Quatre pays d’Amérique du Sud rapportent que 22 de leurs ressortissants manquent à l’appel depuis la catastrophe, dont Sophia López Moreira — la soeur de la première dame du Paraguay Silvana Abdo et la belle-soeur du président Mario Abdo Benítez — et sa famille.

La presse israélienne indique qu’on est sans nouvelles d’une vingtaine de citoyens du pays.

On cherche aussi Arnie Notkin, un enseignant à la retraite de la région de Miami, et sa femme Myriam. Ils habitaient le troisième étage.

«Tout le monde écrit en ligne, ‘Oh mon Dieu, c’était mon entraîneur’», a dit Fortuna Smukler, une amie qui s’est tournée vers Facebook dans l’espoir d’apprendre qu’ils sont sains et saufs.

«C’était un couple tellement heureux et rempli de joie. Il avait toujours une histoire à raconter, a dit Mme Smukler. Il y a eu des rumeurs qu’on l’avait trouvé, mais ce n’était pas la bonne personne. Ce serait un miracle si on les trouvait vivants.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.