Les référendums russes en Ukraine sont «extrêmement inquiétants», dit Trudeau

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau juge «extrêmement inquiétants et absolument inacceptables» les référendums qui s’organisent dans les régions occupées de l’Ukraine par la Russie et estime que Moscou orchestre une annexion.

«Si on y pense, ils sont en train de préparer l’annexion des régions occupées de l’Ukraine pour qu’ils puissent accuser les Ukrainiens d’envahir les territoires russes», a-t-il décrié vendredi en point de presse en marge d’une rencontre avec le président de la Corée du Sud, Yoon Suk Yeol.

Moscou avait débuté plus tôt en journée son opération de référendums factices dans des régions ukrainiennes sous son emprise de Lougansk, de Kherson, du Donetsk et de Zaporijia, ont confirmé des représentants prorusses de ces régions. Les citoyens sont appelés à indiquer sur les bulletins de vote s’ils veulent que leur région soit intégrée à la Russie.

Dans sa réponse, M. Trudeau a également soutenu que la «situation sans précédent» dans laquelle la Russie viole les principes centraux des Nations unies ne fera que s’aggraver avec les référendums.

«La réalité, c’est que (les Ukrainiens) sont en train de défendre leur patrie, leur territoire, leur souveraineté», a-t-il insisté.

Questionné à savoir s’il était en faveur du retrait du veto que détient Moscou au Conseil de sécurité de l’ONU, le premier ministre n’a pas directement répondu à la question.

«On est dans une situation assez particulière où l’un des pays responsables de la fondation des Nations unies, qui siège sur le Conseil de sécurité permanent, est maintenant en violation flagrante des principes les plus fondamentaux (…) des valeurs, des accords et des règles établies par les Nations unies», a-t-il dit.

Les référendums surviennent tout juste après que le président russe Vladimir Poutine a ordonné une conscription partielle de 300 000 réservistes afin de renflouer les rangs au front en Ukraine.

Déclaration du G7

Dans une déclaration commune, les dirigeants du Groupe des Sept (G7) ont condamné fermement «les simulacres de référendums qui servent à la Russie de prétexte pour modifier le statut du territoire souverain de l’Ukraine, actuellement attaquée par la Russie».

«Il ne fait aucun doute que ces actes contreviennent à la Charte des Nations unies et au droit international et vont totalement à l’encontre de la primauté du droit entre les nations», affirment les dirigeants dans une déclaration écrite, vendredi.

«Nous ne reconnaîtrons jamais ces référendums, qui semblent être un pas vers une annexion russe, ni une prétendue annexion si elle a lieu», ajoutent-ils.

Les dirigeants du G7 — le Canada, l’Allemagne, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni — ont aussi dit déplorer «les mesures d’escalade délibérées de la Russie, notamment la mobilisation partielle des réservistes et sa rhétorique nucléaire irresponsable».

«Nous sommes prêts à imposer de nouveaux coûts économiques à la Russie – ainsi qu’aux personnes et entités à l’intérieur et à l’extérieur de la Russie – qui apportent un soutien politique ou économique aux tentatives illégales de la Russie de modifier le statut du territoire ukrainien», indiquent-ils.

– Avec des informations de l’Associated Press

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.