Les renforts arrivent encore au compte-gouttes dans les CHSLD

QUÉBEC — Les renforts arrivent encore au compte-gouttes dans les CHSLD, même si plus de 5000 personnes, dont 2000 médecins spécialistes, sont prêtes à aller donner des soins. 

Depuis plus d’une semaine, le premier ministre François Legault et sa ministre de la Santé, Danielle McCann, s’époumonent à demander de l’aide pour combler des postes dans les résidences pour aînés.

Or, des 40 000 personnes inscrites sur le site «Je contribue!», seulement 3000 ont été retenues. C’est une question de qualifications et «d’adéquation», a expliqué Mme McCann en point de presse, jeudi.

«Il peut y avoir des gens des régions qui voudraient travailler dans leur région, mais les besoins sont beaucoup à Montréal», a illustré le premier ministre à ses côtés. 

Il s’est par ailleurs réjoui de l’arrivée des médecins spécialistes, tout en expliquant que certains travailleront à temps plein, d’autres à temps partiel; certains dès maintenant, d’autres en mai ou en juin.

Il a averti qu’il pourrait être difficile de coordonner le travail de ces médecins dans les CHSLD, puisqu’ils ne sont pas habitués de travailler avec le personnel régulier de ces établissements. 

Appelant à la «collégialité», le gouvernement a jeté le doute sur la possibilité pour les médecins spécialistes de facturer 211 $ de l’heure, comme le rapportait mercredi leur fédération.

«Ça va être un gros défi de faire travailler tout ce monde-là ensemble», a reconnu le chef du gouvernement, qui a demandé à tout le monde de mettre «un petit peu d’eau dans notre vin».

«Je suis convaincu qu’avec la bonne foi, la bonne volonté de tous les Québécois, on est capable de faire travailler tous ces gens-là ensemble et s’occuper de l’urgence nationale qui est d’aider nos aînés», a-t-il ajouté.  

Le gouvernement n’a pu dire combien de professeurs iront donner un coup de main sur le terrain. Quant aux finissants des programmes de soins médicaux, M. Legault a affirmé qu’ils devraient recevoir un appel ce jeudi.

Il a rappelé que 7000 travailleurs de la santé sont actuellement absents pour diverses raisons, entre autres parce qu’ils sont infectés par la COVID-19, et qu’il faut les remplacer. 

Le Québec a enregistré jeudi 143 nouveaux décès, pour un total de 630. La province compte désormais 15 857 cas confirmés de COVID-19, dont 1018 sont hospitalisés. De ce nombre, 209 personnes sont aux soins intensifs, une diminution de neuf personnes depuis mercredi.

L’une des personnes décédées est un jeune médecin de la Montérégie qui oeuvrait dans le secteur de la santé communautaire. Il n’a pas contracté la maladie en milieu de soins, a précisé le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda.

Interrogé à savoir s’il croyait que la Ville de Montréal était l’épicentre de la crise de la COVID-19 au Canada, M. Arruda a semblé opiner, en disant que plusieurs facteurs expliquaient la chose, dont la fameuse semaine de relâche durant laquelle les Québécois ont beaucoup voyagé en Europe.

Jeudi, M. Legault a également précisé une information quant aux inspections dans les résidences pour aînés. Il avait plus tôt déclaré que tous les établissements de la province avaient été visités. Il a précisé que seulement les CHSLD publics l’ont été, mais que les centres privés étaient en voie de l’être.

Réouverture complète de l’imagerie médicale

Par ailleurs, Mme McCann a annoncé qu’elle rouvrait dès jeudi le secteur de l’imagerie médicale pour l’ensemble des patients atteints de cancer.

«Ça va faire du bien, a-t-elle dit. Ça va aider les patients.» 

La ministre répondait à une question au sujet d’un sondage de la Coalition Priorité Cancer au Québec réalisé auprès de 592 de ces personnes malades réparties dans presque toutes les régions.

Le sondage suggère que 60,8 % de ces personnes ont vu leurs soins affectés par la gestion de la crise sanitaire.

Parmi les répondants, 66,7 % ont avoué ressentir de l’anxiété ou une aggravation de leurs problèmes de santé psychologique dû à la difficulté ou l’impossibilité d’accéder aux traitements, au risque de mettre en jeu leur pronostic vital, à la peur de contracter la COVID-19 et à l’isolement.

Les écoles resteront fermées à «court terme»

Le premier ministre Legault a également évoqué jeudi le début d’un plan de déconfinement. De concert avec le Dr Arruda, il souhaite toutefois y aller de «façon très graduelle et intelligente».

Pour l’instant, ce plan ne s’adresserait qu’à certaines entreprises. Il n’est pas question de rouvrir à court terme les écoles, a souligné le premier ministre.

«On n’exclut pas de les rouvrir avant la fin de l’année scolaire», a-t-il précisé.

Les plus populaires