Les retards dans la délivrance de visas inquiètent les étudiants étrangers

OTTAWA — Le ministre de l’Immigration, Sean Fraser, a déclaré que le gouvernement cherchait des moyens de prioriser les demandes de visa pour les étudiants étrangers qui doivent commencer l’école dans les prochaines semaines, car beaucoup se demandent s’ils arriveront au Canada à temps.

Des étudiants, des universités, des consultants en immigration et même le haut-commissariat de l’Inde ont fait part de leurs inquiétudes concernant les délais dans l’obtention de visas mettant en péril les études de nombreux étudiants.

Certains ont déjà payé les frais de scolarité, ce qui ajoute un stress financier important à la tâche déjà difficile de déménager dans un nouveau pays et de commencer ses cours.

Les données fédérales montrent que 34% des demandes de visa d’étudiant international en attente prenaient plus de temps à traiter que les normes gouvernementales ne le dictent, à la fin du mois de juillet.

«Il y a un énorme retard en ce moment», a affirmé Humera Khan, une recruteuse d’étudiants étrangers établie à Montréal et PDG de Logic Academic Services.

Mme Khan dit qu’elle n’a jamais vu autant d’étudiants attendre des visas quelques semaines seulement avant la rentrée scolaire.

Si le gouvernement ne traite pas leurs visas à temps, ces étudiants devront probablement reporter leurs études jusqu’à un an, a-t-elle déclaré. «C’est beaucoup d’incertitude, il y a beaucoup d’émotions en jeu.»

Le ministre de l’Immigration, Sean Fraser, a déclaré que le ministère avait commencé il y a environ un mois à déterminer s’il pouvait donner la priorité aux étudiants dont les cours doivent commencer en septembre.

«Essayer de déterminer si cela va potentiellement compromettre l’efficacité de l’effort global est quelque chose que nous sommes encore en train d’évaluer», a déclaré M. Fraser dans une entrevue mercredi.

«Nous essayons de faire venir autant de personnes que possible pour leur date de début», a-t-il ajouté.

M. Fraser dit que le ministère de l’Immigration traite plus de permis d’études que jamais auparavant, et les retards sont dus à l’énorme augmentation de la demande.

Jusqu’à présent cette année, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada a traité plus de 360 000 visas d’études, une augmentation de 17 % par rapport à la même période en 2021.

Le haut-commissariat de l’Inde à Ottawa a déclaré dans un communiqué qu’il discutait avec les universités canadiennes de ce qui pouvait être fait pour accueillir le grand nombre d’étudiants indiens qui attendent toujours un visa.

Le haut-commissariat a déclaré que les universités avaient également approché le ministère de l’Immigration pour faire part de leurs préoccupations.

Certains établissements offriront une option à distance aux étudiants incapables de se rendre au Canada au début du trimestre parce qu’ils n’ont pas encore reçu de visa.

Le haut-commissariat a demandé au gouvernement d’accélérer les visas pour les étudiants indiens.

La porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière d’immigration, Jenny Kwan, a déclaré qu’il ne semble y avoir ni rime ni raison lorsqu’il s’agit de savoir pourquoi certaines demandes ont été traitées à temps et d’autres non.

Elle a entendu des étudiants extrêmement stressés qui ignorent encore s’ils vont effectivement déménager à l’autre bout du monde pour étudier au Canada dans quelques semaines.

«Septembre approche à grands pas, car l’année scolaire va commencer, et ils ne savent pas ce qui se passe avec leur candidature», a déclaré Mme Kwan dans une entrevue.

Le fait que tant d’étudiants soient susceptibles de le découvrir au dernier moment montre que le ministère ne tient pas compte des expériences réelles que vivent les gens, a-t-elle soutenu. «Ils doivent trouver un logement, par exemple, se familiariser avec les trajets vers et depuis l’école.»

Tout, de la sélection des cours à l’orientation, est compromis, a-t-elle ajouté, et les retards sont également source d’incertitude pour les établissements.

Un récent rapport du Comité de l’immigration de la Chambre des communes montre que les délais de traitement des visas étudiants ont considérablement augmenté depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Les normes gouvernementales stipulent que le traitement de la demande ne devrait prendre qu’environ deux mois, mais entre décembre 2020 et novembre 2021, le temps d’attente moyen était de 82 jours.

Le ministre Fraser a déclaré qu’il ne craignait pas de ternir la réputation du Canada en tant que destination de choix pour les étudiants étrangers, car le Canada connaît sa meilleure année en ce qui a trait à l’acceptation d’un nombre record d’étudiants.

«Mais les histoires individuelles que vous entendez sont celles qui collent aux gens. Les gens se souviennent de ce qu’ils ressentent lorsqu’ils n’obtiennent pas leur permission de venir au Canada à temps pour commencer leur programme», a-t-il reconnu.

Le gouvernement travaille avec les établissements scolaires pour prévoir des solutions de rechange pour les personnes qui ne reçoivent pas les documents à temps, y compris des cours en ligne, a-t-il déclaré.

«Nous ne voulons pas perdre de talent. Nous voulons faciliter la venue au Canada et nous voulons satisfaire cette demande que nous constatons, qui cette année est bien au-delà de ce que nous avons vu auparavant», a déclaré le ministre.

M. Fraser a affirmé qu’il s’attend à ce que les délais de traitement des visas d’étudiants étrangers reviennent en phase avec les normes gouvernementales d’ici la fin de l’année.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.