Les soldats canadiens se préparent à une fausse invasion de la Lettonie

OTTAWA — Les soldats canadiens et leurs alliés de l’OTAN en Lettonie se défendront contre une invasion simulée de la nation d’Europe de l’Est à compter de samedi. Cet exercice militaire survient alors que de nouvelles tensions éclatent entre Moscou et l’Ouest.

Présentée comme le plus grand jeu de guerre en Lettonie depuis son indépendance de l’Union soviétique en 1991, cette simulation tente d’imiter une attaque d’un pays comme la Russie et de tester la réaction des forces lettones et de l’OTAN.

Le scénario contient des cyberattaques et des éléments visant à mélanger la population locale avec de la désinformation. C’est à ce moment que les Canadiens et leurs alliés interviennent.

Le Canada compte 450 soldats menant un groupe de combat multinational de l’OTAN en Lettonie. Il s’agit de l’une des quatre forces déployées en Europe de l’Est ces dernières années après l’annexion de la Crimée par la Russie et le soutien aux rebelles séparatistes en Ukraine.

Bien que les tactiques employées par le pays envahisseur semblent refléter ce qui se produirait au cours d’une invasion russe, les responsables lettons, canadiens et de l’OTAN ont pris soin de ne pas identifier la Russie comme l’ennemi fictif.

L’exercice coïncide néanmoins avec une nouvelle série d’accrocs entre Vladimir Poutine et l’OTAN.

Le président russe a accusé cette semaine l’alliance militaire d’empiéter sur les frontières de la Russie avec des troupes et du matériel, tandis que des responsables de l’OTAN ont déclaré que c’était la Russie qui était agressive.