Les surdoses mortelles en Colombie-Britannique ont diminué en 2019

VICTORIA — Les décès par surdose liés à des drogues illégales en Colombie-Britannique ont diminué de 36 % l’an dernier, mais le nombre de morts demeure à peu près le même qu’en 2016, lorsque la province a décrété l’«urgence de santé publique» face à la crise des opioïdes.

La coroner en chef, Lisa Lapointe, a indiqué lundi que 981 personnes étaient mortes de surdoses présumées en 2019 — soit en moyenne 2,7 décès par jour. Mais elle prévient que ce nombre est susceptible d’augmenter lorsque toutes les enquêtes sur les décès de 2019 seront terminées.

Mme Lapointe a indiqué que plus de 5000 personnes étaient mortes de surdoses en Colombie-Britannique depuis l’urgence sanitaire de 2016, alors que le fentanyl a fait son entrée fulgurante dans la panoplie des «drogues de rue».

Son bureau se joint aux responsables de la santé pour réclamer un meilleur accès à un approvisionnement en médicaments réglementé et plus sûr dans la province.

Selon la docteure Bonnie Henry, directrice de la santé publique de la Colombie-Britannique, la réduction des morts par surdose l’an dernier indique que certaines mesures préventives portent leurs fruits dans cette crise des opioïdes.

Les plus populaires