Les Territoires du Nord-Ouest veulent aussi bénéficier de la manne pétrolière

OTTAWA — Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Robert McLeod, estime qu’il est offensant et condescendant de la part des Canadiens du sud du pays de dire à leurs concitoyens du nord qu’ils ne peuvent pas bénéficier de l’exploitation pétrolière et gazière parce qu’il est temps de sauver la planète.

M. McLeod est en visite à Ottawa cette semaine, où il espère lancer un débat au pays sur l’avenir du Nord, un an après que le premier ministre Justin Trudeau eut annoncé un moratoire d’au moins cinq ans sur les nouveaux permis d’exploration pétrolière et gazière dans l’Arctique en faisant valoir qu’un déversement pétrolier dans la région serait un «cataclysme».

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest a critiqué la décision, la jugeant unilatérale et infondée, et a affirmé qu’elle mettait en péril «tout ce (qui a été) bâti».

Cette semaine, M. McLeod a souligné que le Sud canadien avait bénéficié pendant des années de l’exploitation des matières premières ayant pollué l’air et causé des torts environnementaux importants au Nord, et que malgré tout, le Sud veut dire au Nord qu’ils ne peut pas exploiter ses propres hydrocarbures pendant que le Sud continue d’extraire du gaz et du pétrole.

M. McLeod croit que le «reste du Canada» doit réaliser qu’il y a aussi des gens dans le Nord avec des rêves et l’«espoir d’un avenir meilleur» qui ne devraient pas être «pénalisés en raison de l’endroit où ils vivent».

Le premier ministre a affirmé que les territoires ne devraient pas avoir à «cesser leur propre développement» afin que le reste du Canada puisse se sentir mieux.

M. McLeod a indiqué que des investissements planifiés de 2,6 milliards $ en exploration extracôtière étaient disparus avec le moratoire décrété par M. Trudeau, et qu’Ottawa n’avait pas encore mis sur la table une aide quelconque pour pallier à ce manque.

Le secteur de l’énergie et des ressources représente environ 40 pour cent de l’économie des Territoires du Nord-Ouest.

«Nous avons besoin d’emplois. Nous avons besoin de travail. Vous souhaitez que nous quittions le Nord car nous ne pouvons pas y travailler. Vous voulez que nous vivions dans un grand parc. C’est essentiellement ce qui arrive», a-t-il déploré.

Les plus populaires