Les travailleurs des maisons funéraires veulent plus de protection

L’Association des services funéraires du Canada demande pour ses travailleurs un meilleur accès aux masques et autres équipements de protection, au moment où le bilan des morts dus à la COVID-19 risque de s’alourdir au pays.

Le vice-président de l’association, Alan Cole, affirme que les travailleurs de ce secteur ne jouissent pas actuellement d’une priorité dans l’accès aux masques chirurgicaux, aux gants ou à tout autre équipement de protection individuelle, qui sont restreints.

M. Cole soutient que la situation est particulièrement dangereuse pour les thanatologues, qui craignent de contracter le coronavirus au contact des dépouilles de personnes infectées.

On signale jusqu’ici au Canada 12 décès liés à la COVID-19 — principalement en Colombie-Britannique — et plus de 900 cas confirmés d’infection.

M. Cole indique vendredi que son association a lancé un appel à tous les ordres de gouvernement afin d’obtenir plus d’équipements de protection pour ses travailleurs.

Santé Canada a refusé de commenter spécifiquement le cas des travailleurs des maisons funéraires. Le ministère fédéral note toutefois que le gouvernement assouplit la réglementation sur les équipements de protection rendus disponibles, y compris les masques et les blouses d’hôpital.

Les plus populaires