Les variants de la COVID-19 se répandent à travers le Canada, dit la Dre Theresa Tam

OTTAWA — L’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a déclaré que le Canada traverse «une période très délicate» alors que le nombre de cas de variants de la COVID-19 qui se propagent rapidement augmente à travers le pays, malgré que le nombre total de nouveaux cas de coronavirus diminue.

Au moins 148 cas des variants qui sont d’abord apparus au Royaume-Uni (connu scientifiquement sous le nom de B.1.1.7) et en Afrique du Sud (connu sous le nom de B.1.351) ont été confirmés dans tout le pays, a déclaré la Dre Tam mardi.

Les autorités sanitaires de l’Ontario, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique ont identifié les deux mutations, 135 de la souche B.1.1.7 et 13 de la souche B.1.351.

Les quatre cas du variant B.1.351 confirmés en Colombie-Britannique et le seul cas signalé dans la région de Peel en Ontario n’ont aucun lien connu avec les voyages internationaux, ce qui fait craindre une propagation communautaire.

«Je pense qu’il y a certainement des signes que les variants sont transmis, au moins dans une certaine mesure, dans les communautés — et nous ne les détectons probablement pas tous», a déclaré la Dre Tam.

«C’est le signal initial que nous devons être très vigilants et très prudents sur l’assouplissement des mesures de santé publique», a-t-elle ajouté.

Le Canada doit intensifier les tests permettant de détecter les variants grâce au processus de séquençage du génome entier, qui demande beaucoup de travail, quoique le pays se compare bien à la plupart des autres, a déclaré la Dre Tam.

Les responsables de la santé séquencent entre 5 et 10% de tous les échantillons testés positifs à la COVID-19 au Canada, a indiqué Natalie Prystajecky, la cheffe du programme de microbiologie environnementale au laboratoire de santé publique du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique et a membre du Réseau canadien de génomique COVID-19.

«Sans augmenter la capacité de séquençage dans une plus grande mesure, vous ne saurez pas si vous avez le variant», a déclaré la Dre Tam.

Le maintien de mesures de santé publique suffisantes pour limiter la propagation virale, quelle que soit le variant, est encore plus important que le séquençage, déclare le Dr Andrew Morris, professeur au département de médecine de l’Université de Toronto qui étudie les maladies infectieuses.

Les autorités doivent «doubler» leur réponse à la pandémie et «ne pas se laisser bercer» par la conviction que la baisse des chiffres signifie que les mesures sanitaires peuvent être radicalement assouplies, a-t-il dit.

«C’est ma plus grande crainte. Et nous avons déjà entendu les premiers ministres de l’Alberta et du Québec prendre des mesures énergiques pour ouvrir leur économie», a-t-il déclaré, ajoutant qu’un certain assouplissement pourrait être raisonnable.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a annoncé vendredi que la province autoriserait les restaurants et les cafés à rouvrir avec des limites de capacité à compter du 8 février.

À Québec, le premier ministre François Legault a déclaré mardi qu’à partir de la semaine prochaine, les magasins, les salons de coiffure et les musées pourraient rouvrir dans toute la province. Il a expliqué sa décision par la baisse constante du nombre de cas et d’hospitalisations.

M. Legault a toutefois déclaré que les hôpitaux des grandes villes restaient sous trop de pression pour qu’il retire davantage de mesures dans des régions comme Montréal et Québec, où le couvre-feu restera en vigueur, de 20h à 5h le lendemain.

Le premier ministre Legault a déclaré que dans six régions moins peuplées de la province, le début du couvre-feu sera repoussé à 21 h 30 et que les restaurants, les gyms et les installations sportives intérieures pourront rouvrir dès lundi.

Alors que les souches les plus contagieuses de COVID-19 s’installent, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que de «rares exceptions» aux nouvelles restrictions de voyage seront autorisées pour des raisons humanitaires, mais que des règles strictes doivent être mises en œuvre dans les prochaines semaines.

«Depuis le début de cette pandémie, il y a eu des histoires d’enterrements qui n’ont pas pu avoir lieu, les mariages ont dû (être) reportés ou célébrés par Zoom, les familles ne pouvant pas se réunir», a déclaré M. Trudeau lors d’une conférence de presse.

«Mais en même temps, notre responsabilité est de veiller à ce que les Canadiens soient aussi en sécurité que possible, a-t-il soutenu. Ces nouveaux variants sont vraiment préoccupants.»

M. Trudeau a annoncé la semaine dernière que les passagers revenant de l’étranger devront être mis en quarantaine dans les hôtels jusqu’à trois jours après avoir passé des tests PCR à leur arrivée, mais aucune date n’a été fixée pour la prise d’effet de la mesure.

Plus de détails sont attendus dès jeudi.

Cette décision est l’une des nombreuses mesures destinées à empêcher l’entrée du virus au Canada, en particulier ses mutations les plus contagieuses.

Le nombre total de cas quotidiens de COVID-19 diminue depuis plusieurs semaines.

Au cours des sept derniers jours, une moyenne de 4368 nouveaux cas ont été signalés chaque jour à travers le pays, une baisse de près de 50% par rapport à il y a trois semaines, a déclaré la Dre Tam.

Les hospitalisations sont également en baisse, chutant de 12% la semaine dernière à moins de 3900 patients. Le nombre de morts a diminué de 20% à 128 décès par jour en moyenne.

L’agence de la santé publique du Canada a déclaré que lundi soir, 783 589 Canadiens avaient contracté la COVID-19 depuis le début de la pandémie au Canada et que 20 136 en étaient décédés.

— Avec des informations de Jacob Serebrin

Laisser un commentaire