Les vents puissants ne se sont pas levés pour alimenter un feu de forêt

PENTICTON, C.-B. — Les vents qui devaient alimenter un incendie de forêt au sud de Penticton, en Colombie-Britannique, ne se sont finalement pas levés aussi forts que prévu samedi, rapportent les autorités.

L’incendie de Christie Mountain, qui s’étend sur 20 kilomètres carrés, n’a pas pu prendre beaucoup d’ampleur, car la météo s’est montrée clémente, a souligné le chef du service des incendies de Penticton, Larry Watkinson.

À l’instar de l’incendie de Garnet de 1994, le brasier peut se déplacer rapidement, mais sa localisation limite son accès à des combustibles.

M. Watkinson a indiqué que 110 pompiers qui combattaient les flammes ont même pu rentrer chez eux.

«Nous avons très bon espoir que l’incendie ne menace plus les structures adjacentes dans la ville de Penticton», a avancé le chef des pompiers.

Il y a plus de 25 ans de cela, l’incendie de Garnet avait ravagé une superficie de 55 kilomètres carrés, détruisant 18 maisons sur son passage et contraignant plus de 4000 résidants à abandonner leur foyer.

Dan Taudin-Chabot, du services des incendies de la province, a néanmoins relevé que des inquiétudes subsistent quant à la façon dont les vents redirigent maintenant les flammes.

Les vents auraient inversé la trajectoire du feu, le poussant vers le nord, en direction de la ville, lui permettant potentiellement de brûler de nouvelles sources de carburant.

«Une fois le front froid passé, le vent fait un 180 ° et revient dans l’autre sens», a signalé M. Taudin-Chabot, en mettant en garde contre des décisions prises à la hâte dans la lutte contre l’incendie.

Une alerte d’évacuation demeure en vigueur pour plus de 3600 résidences dans la ville de Penticton.

Le feu brûle sur un terrain rocheux et en pente, ce qui complique la tâche des équipes au sol, avec leur équipement lourd.

Un bulletin météorologique spécial d’Environnement Canada met également en garde contre les effets de la fumée sur la qualité de l’air dans les alentours au cours des prochaines journées.

Les résidants de la région de l’Okanagan ont l’habitude de composer avec les incendies de forêt, souligne toutefois Nicole Morrell, la gérante adjointe d’un motel sous alerte.

Laisser un commentaire
Les plus populaires