Les violences contre les étrangers en Afrique du Sud font deux autres morts

JOHANNESBURG — Deux autres personnes ont été tuées à Johannesburg dans la vague de violences qui visent des magasins appartenant à des étrangers.

Au moins 12 personnes ont perdu la vie dans ces attaques qui ont commencé le mois dernier. De petites entreprises appartenant à des étrangers ont été pillées et incendiées par des foules de Sud-Africains en colère.

Un porte-parole de la police de Johannesburg, Kay Makhubela, a confirmé que deux étrangers avaient été tués dimanche soir. Au moins 640 personnes ont été arrêtées depuis le début des violences.

La nationalité des personnes tuées n’est pas connue, mais des Nigérians, des Éthiopiens, des Congolais et des Zimbabwéens ont été ciblés par les attaques.

La vague de violences semble se propager à travers la province du Gauteng, la plus peuplée du pays, qui comprend les villes de Johannesburg et de Pretoria.

Le ministre responsable de la police, Bheki Cele, a rencontré lundi les dirigeants d’importantes entreprises sud-africaines, notamment Shoprite et MTN, un fournisseur de téléphonie mobile et d’internet qui a été la cible d’attaques de représailles au Nigeria la semaine dernière.

Les dirigeants se sont dits inquiets que les violences en Afrique du Sud nuisent à leurs opérations dans d’autres parties du continent.

Les manifestations au Nigeria ont forcé la fermeture des bureaux consulaires d’Afrique du Sud à Lagos. La ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Naledi Pandor, devait rencontrer les ambassadeurs africains à Pretoria lundi, alors que le gouvernement tente d’apaiser les retombées diplomatiques de ces attaques.

Les plus populaires