L’est de l’Ukraine, un «véritable enfer», selon un gouverneur

KYIV, Ukraine — Un responsable de l’est de l’Ukraine a annoncé que les forces russes créent un «véritable enfer» dans le cœur industriel du pays malgré le fait qu’elles prendraient une pause opérationnelle. 

Le nombre de morts de la guerre a augmenté avec des attaques signalées dans l’est et le sud de l’Ukraine. Les autorités ont indiqué que des bombardements russes avaient tué cinq personnes dans la province orientale de Donetsk et deux autres samedi dans une ville du sud, Kryvyï Rih, la ville natale du président ukrainien. 

La vice-première ministre ukrainienne, Iryna Vereshchuk, a appelé les habitants des zones occupées au sud à évacuer afin que les forces russes ne puissent pas les utiliser comme boucliers humains lors d’une contre-offensive ukrainienne.

«Vous devez chercher un moyen de partir, car nos forces armées viennent de se retirer, a-t-elle déclaré. Il y aura un combat massif. Je ne veux effrayer personne. Tout le monde comprend tout cela de toute façon.»

S’exprimant lors d’une conférence de presse vendredi soir, Mme Vereshchuk a indiqué qu’un effort d’évacuation civile était en cours pour certaines parties des régions de Kherson et de Zaporijjya. Elle a refusé de donner des détails, invoquant des considérations de sécurité.

La semaine dernière, la Russie a capturé le dernier bastion majeur de la résistance ukrainienne à Louhansk, la ville de Lyssytchansk. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Oui, c’est ça, l’enfer sur Terre. Il est là. À cause, surtout, du ciel, fermé aux « bons et justes »…

Ainsi donc, aura-t-on eu à affronter, coup sur coup, deux guerres d’affilée, voire concomitantes en fait, en ce début de décennie; et… qui pourraient bien toutes deux demeurer avec nous toute la décennie : l’« ‘opération spéciale’ » russe et covidixneuf.

Or, ces guerres n’ont pas même portée ni même remède ou solution :
pour celle-ci, évitement-distanciation; pour celle-là, rapprochement-rencontre.
Fort différent!, n’est-ce pas?

On dit ‘complexe’ le dossier Ukraine, ultra-complexe même? Néanmoins, UN homme, sur décision sienne seule, peut mettre fin drès-là en une journée à son « ‘opération spéciale’ ».
Alors qu’est-ce loin d’être aussi simple eu égard à covidixneuf.

Il semble y avoir une multitude de façons d’endiguer ou d’interrompre au moins « l’opération spéciale ». C’est brouillé, on est embrouillés. Le père russe répond sévèrement, implacable, intraitable, inexorable, au fils ukrainien qu’c’pas vrai qu’ils sont assaillis; on vient les libérer, plutôt, les délivrer du mal(in); (et de lui raccrocher au nez…).
En cette ère nôtre d’hyper-communications ‘fines’ tous azimuts, insidieuses et indiscrètes; impossible de rien débrouiller, d’aucune façon, nulle part, de manière à ce qu’on sache ?
Invraisemblable.

Puis, de même qu’une personne puisse arrêter, seule, tout c’bazar; de même une personne pourrait aussi suffire pour la convaincre de le faire. Il suffirait, donc, de repérer telle personne, prédestinée, et la faire « comparaître » — (ou ‘intercéder’) — auprès du maître dieu seul seigneur de l’heure pouvant tout faire et régissant le monde au complet en ce moment.

Ainsi, aussi incroyable qu’il y paraisse, une seule personne russe — (ou une seule bonne ruse) — pourrait faire enrayer le virusse en cours.

À défaut d’initiatives assorties de résultats aussi rapides, efficaces et spectaculaires, moi avais songé à qqch d’éminemment plus petit, à effet possible extrêmement plus circonscrit et limité, telle la formation d’un quatuor composé paritairement de Russes et d’Ukrainiens…

Enfin, il n’est ni vrai qu’on fasse face à la pire menace militaire (nucléaire) depuis 77 ans;
ni vrai qu’on soit, tous, impuissants face au phénomène.
Tout au contraire, on peut, tous, faire quelque chose.
Sans quoi ne serait pas vrai qu’« on est tous coupables pour tous »… ?
On est « tous coupables », ça, c’est soit parce qu’on a fait mal ou mal fait qqch, ou qu’a-t-on omis de faire qqch (bien) / e.g. il y a 19 ans, rien qu’à Mtl 200 000 personnes étaient descendues dans la rue pour manifester leur opposition à la guerre de Bush. Aujourd’hui? : où sont les manifestants ou manifestations en Ville ?
On peut, donc, tous, oui, faire quelque chose, individuellement ou collectivement.
Et qu’on ne fasse ou ne dise aussi peu que presque rien, c’est bien là la preuve qu’n’est pas vrai qu’il y ait si grande, si réelle «menace» en l’air. Hé! allez r’visionner les comptes rendus d’il y a soixante ans, lors de la crise des missiles… Oh la la ! / rien de commun avec aujourd’hui; où ne pense-t-on qu’à et n’entend-on parler que de ses vacancesoleil aqueuses et crème glacée.

Répondre