L’Estrie bascule en rouge et la situation empire au Saguenay-Lac-Saint-Jean

QUÉBEC — Le tableau s’assombrit dans la lutte à la pandémie au Québec: l’Estrie a basculé en zone rouge lundi, soit l’alerte maximale, tandis que la situation est jugée «grave» au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

À compter de jeudi, les salles à manger des restaurants ainsi que les salles d’entraînement devront notamment fermer en Estrie, parce qu’une «hausse importante de nouveaux cas» a été observée, a fait savoir le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Sur le total de 1169 nouveaux cas enregistrés au Québec dans les dernières 24 heures, on en rapportait 54 cas en Estrie, tandis que dans la semaine précédente, il y en avait entre 31 et 90 par jour, pour un total de 355.  

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une zone déjà rouge, la situation est pire, mais M. Dubé a fait savoir qu’elle se détériorera encore plus, sans toutefois annoncer de nouvelle mesure ou restriction. Le premier ministre François Legault a écrit dans un message que la situation était «grave» dans cette région.

«On est encore dans la pente abrupte de l’augmentation des cas, (…) on va avoir des nouvelles négatives dans les prochains jours», a dit M. Dubé, qui a fait sa conférence de presse exceptionnellement à partir de Saguenay lundi. Il a fait savoir qu’il voulait ainsi passer «un message très, très clair».

Du 1er au 7 novembre, 722 nouveaux cas ont été répertoriés, soit plus que pour la région de la Capitale-nationale, 500.

Depuis le 15 octobre il y a eu 27 morts, a rapporté la ministre responsable de la région, Andrée Laforest, au côté de M. Dubé. C’est près de la moitié de tous les morts enregistrées dans cette région depuis le début de la pandémie, 61.

Il y a pas moins de 73 éclosions actives et 27 milieux sous surveillance. Actuellement, il y a 817 cas actifs, «c’est énorme», a pris la peine de préciser Mme Laforest.

Cependant, M. Dubé s’est limité à demander aux Saguenéens et Jeannois de «respecter les consignes». Il n’y aura «pas de nouvelles règles», a-t-il laissé savoir. La réduction des éclosions passe par l’adhésion aux mesures en place par tous, car il suffit d’une petite minorité plus négligente pour transmettre rapidement le coronavirus.

«L’enjeu, c’est dans les détails de ceux qui font moins bien», a dit le ministre.

Laisser un commentaire