L’ex-chef du PQ André Boisclair retourne devant le tribunal pour agression sexuelle

MONTRÉAL — Les affaires criminelles de l’ancien chef du Parti québécois André Boisclair concernant des allégations d’agression sexuelle doivent revenir devant les tribunaux lundi.

M. Boisclair, âgé de 56 ans, a plaidé non coupable à des accusations dans des affaires distinctes impliquant deux victimes présumées dont l’identité est couverte par une interdiction de publication.

Dans un cas, M. Boisclair est accusé d’agression sexuelle avec la participation d’un tiers et d’agression sexuelle armée en lien avec des événements qui auraient eu lieu en janvier 2014.

Dans l’autre dossier, André Boisclair est accusé d’agression sexuelle pour des événements qui auraient eu lieu en novembre 2015.

Il a renoncé à son droit à une enquête préliminaire dans les deux cas en septembre dernier et a choisi d’aller directement en procès devant le juge.

M. Boisclair a été ministre du cabinet provincial et chef du PQ entre 2005 et 2007 lorsque le parti était dans l’opposition.

Il a ensuite été délégué général du Québec à New York de 2012 à 2013 et président de l’Institut de développement urbain du Québec de 2016 jusqu’à son arrestation.

M. Boisclair a été élu pour la première fois dans la circonscription montréalaise de Gouin en 1989. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.