L’ex-journaliste Vincent Marissal songe à être candidat pour Québec solidaire

QUÉBEC — L’ex-journaliste de La Presse Vincent Marissal songe à se lancer en politique active sous la bannière de Québec solidaire.

Selon toute vraisemblance, l’ancien chroniqueur politique serait candidat dans la circonscription montréalaise de Rosemont, représentée actuellement par le chef péquiste Jean-François Lisée, qui est d’avis qu’un tel scénario favoriserait le Parti libéral du Québec (PLQ).

Le journaliste, frustré de s’être fait retirer sa chronique politique, avait choisi de quitter La Presse en juin 2017. Il s’était par la suite réorienté vers les relations publiques en s’associant à l’agence Tact intelligence-conseil.

Le chef péquiste a réagi à la nouvelle, mercredi, en disant que l’éventuelle candidature de M. Marissal dans Rosemont aurait pour effet de diviser le vote souverainiste, risquant de faire élire le candidat libéral.

«Posons l’hypothèse que M. Marissal fasse une bonne campagne dans Rosemont, le seul résultat vraisemblable, c’est qu’il donne le comté aux libéraux», a analysé le chef péquiste, en point de presse. 

Il a rappelé que dans le passé la circonscription avait déjà été représentée par le PLQ.

Selon lui, si M. Marissal veut «contribuer au bien commun» il devra plutôt choisir d’être candidat dans une circonscription montréalaise représentée par un député libéral ou un ministre du gouvernement Couillard.

«Alors, il a le choix, s’il veut contribuer au bien commun, de se présenter contre un des 21 ministres ou députés libéraux de l’île de Montréal. Il y en a encore plus à Laval, il y a des caquistes dans les couronnes. Alors, s’il devait décider de se présenter dans un comté péquiste, bien, ça nous dirait quelque chose sur le réel objectif de Québec solidaire», a commenté le chef péquiste.

Certains sondages récents laissent croire que M. Lisée pourrait être menacé par Québec solidaire dans Rosemont.

Québec solidaire a confirmé mercredi que des «discussions» avaient cours présentement entre M. Marissal et le parti de gauche.

Lors d’une mêlée de presse, le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a cependant refusé d’en dire davantage sur la probabilité de voir M. Marissal faire le saut avec l’équipe des solidaires. Il a dit vouloir respecter son cheminement.

Il a par ailleurs rejeté du revers de la main l’analyse du chef péquiste relative aux conséquences appréhendées d’une telle candidature dans Rosemont.

«Ce n’est pas à M. Lisée à dicter la stratégie électorale de Québec solidaire», a commenté M. Nadeau-Dubois.

Les plus populaires