L’ex-leader d’une congrégation ontarienne plaide coupable d’agressions

OWEN SOUND, Ont. – L’ancien leader d’une communauté religieuse ontarienne assimilée par la police à une secte a plaidé coupable, mardi, à des accusations réduites de voies de fait et d’agressions.

Fred King, âgé de 57 ans, de Chatsworth Township, dans le sud-ouest de l’Ontario, connaîtra sa peine le 14 septembre, au palais de justice d’Owen Sound.

Dans un exposé conjoint des faits, lu au tribunal par la Couronne, King admet qu’il a craché sur des gens, qu’il a donné des coups de pied et frappé des fidèles, et qu’il a ordonné à certains de se déshabiller devant toute la congrégation.

En échange de son plaidoyer de culpabilité sur neuf chefs de voies de fait et d’agressions, la Couronne a retiré 16 autres chefs — notamment d’agression sexuelle, de contact sexuel inapproprié et de menaces de mort.

Connu comme le «prophète» de l’Église restaurée de Jésus Christ à Chatsworth, King a été accusé pour des événements survenus entre 1978 et 2008, alors qu’il était leader de cette congrégation.

Il avait été arrêté à la suite de la dénonciation d’une femme d’Owen Sound, en 2012. Le récit du passage de cette fidèle dans la communauté a plus tard été relaté dans un livre publié en 2013.

Le frère de Fred King, Judson, est accusé d’agression sexuelle, d’agression armée et de voies de fait pour des événements qui seraient survenus entre 1981 et 2007; il doit subir son procès en juin.