L’ex-ministre fédéral Bill Morneau se retire de la course à la direction de l’OCDE

OTTAWA — L’ancien ministre fédéral des Finances Bill Morneau a indiqué mardi qu’il abandonnait la course pour devenir secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), faute d’appuis.

Dans une déclaration sur Twitter, M. Morneau explique qu’il n’a pas le soutien d’un nombre suffisant de pays membres pour passer au troisième tour de la campagne.

M. Morneau, qui était devenu ministre des Finances après la première victoire des libéraux de Justin Trudeau, aux élections de 2015, a soudainement démissionné en août dernier du cabinet et de ses fonctions de député de Toronto-Centre. À l’époque, il avait indiqué qu’il proposerait sa candidature pour succéder à Angel Gurria au poste de secrétaire général de l’OCDE.

Mais l’opposition avait aussi réclamé sa démission en raison d’allégations de conflit d’intérêts dans l’affaire WE Charity (Unis, en français). Le ministre des Finances a révélé que l’organisme de bienfaisance avait payé pour deux «voyages d’observation» que lui et sa famille avaient effectués au Kenya et en Équateur en 2017.

Le commissaire fédéral à l’éthique a blanchi M. Morneau pour ne pas avoir divulgué cette contribution de WE Charity, en notant que le ministre avait remboursé aussitôt qu’il avait eu connaissance de cette «contribution».

Mais le bureau de Mario Dion continue de vérifier si l’ancien ministre et le premier ministre ont enfreint la Loi sur les conflits d’intérêts en ne se récusant pas lorsque le cabinet a décidé de payer 43,5 millions $ à l’organisme de bienfaisance pour administrer un vaste programme de bourses d’études, un projet qui a été abandonné depuis. Le premier ministre Trudeau et des membres de sa famille ont aussi tissé des liens avec cet organisme. Le bureau de M. Dion n’a pas voulu spéculer, mardi, sur le moment où il pourrait rendre sa décision dans cette affaire.

Combien les contribuables ont-ils payé?

À la période de questions, mardi après-midi, le député conservateur Luc Berthold a demandé au premier ministre «combien d’argent les Canadiens avaient dépensé pour cet autre échec lamentable» des libéraux sur la scène internationale. «On sait déjà que 19 fonctionnaires travaillaient pour la campagne de M. Morneau, en plus des dépenses de voyage et de tous les autres frais», a-t-il soutenu.

Le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, a éludé la question, se contentant de remercier pour son dévouement M. Morneau, «qui était le candidat idéal pour diriger l’OCDE en ces temps difficiles». 

Le gouvernement a en effet révélé en novembre dernier que 19 fonctionnaires d’Affaires mondiales Canada travaillaient à temps partiel à la campagne de M. Morneau. Dans une réponse écrite à une question du député conservateur Corey Tochor, le ministère des Affaires étrangères indiquait alors qu’il ne pouvait pas estimer combien le gouvernement canadien dépenserait afin de fournir «un soutien diplomatique, un plaidoyer et des conseils stratégiques pour faire avancer la candidature de M. Morneau».

Le ministère avait dépensé jusque-là 6265,76 $ en frais de représentation, dans le cadre d’un effort pour contacter les délégués de l’OCDE et d’autres représentants à Paris. «Ces dépenses reflètent les pratiques diplomatiques habituelles, y compris pour de tels processus de sélection», expliquait alors le ministère. 

Laisser un commentaire