L’ex-président catalan continuera de contester son extradition vers l’Espagne

BARCELONA, Espagne — L’ancien président catalan Carles Puigdemont compte continuer de contester son extradition vers l’Espagne si le Parlement européen le dépouille bel et bien de son immunité parlementaire cette semaine.

M. Puigdemont et deux autres séparatistes de Catalogne ont été élus au Parlement européen en 2019, deux ans après avoir fui l’Espagne dans la foulée de leur tentative de sécession ratée, jugée illégale par les autorités fédérales. 

M. Puigdemont, Toni Comín et Clara Ponsatí doivent faire face lundi à un vote sur la levée de leur immunité, comme l’a recommandé la commission des affaires juridiques du Parlement européen.

Joint par l’Associated Press à sa résidence de Waterloo, en Belgique, dimanche, M. Puigdemont a confié que la levée de leur immunité représente le scénario «le plus probable», mais qu’il ne s’agirait pas de la fin de leur parcours.

Ce scénario permettrait à l’Espagne de relancer le processus d’extradition pour les traduire en justice comme leurs camarades indépendantistes qui sont restés au pays et qui ont été trouvés coupables de sédition et de détournement des fonds publics en lien avec les événements de 2017.

Jusqu’à présent, des tribunaux en Belgique, en Allemagne et en Grande-Bretagne ont toutefois refusé de les livrer aux autorités espagnoles. 

M. Puigdemont indique que le trio a également l’intention de se tourner vers la Cour de justice de l’Union européenne.

– Par Joseph Wilson, The Associated Press

Laisser un commentaire