L’ex-réserviste des Forces canadiennes Patrik Jordan Mathews plaide coupable aux USA

Deux membres d’un groupe néonazi dont les discussions sur la planification d’une attaque lors d’un rassemblement pour les droits des armes à feu en Virginie ont été secrètement enregistrées par le FBI ont plaidé coupables jeudi à des accusations liées aux armes à feu.

L’ancien réserviste des Forces armées canadiennes Patrik Jordan Mathews, le vétéran de l’armée américaine Brian Mark Lemley Jr. et un troisième membre du groupe The Base ont été arrêtés en vertu d’accusations fédérales dans le Maryland avant le rassemblement de janvier 2020 au Capitole de la Virginie à Richmond.

Patrik Jordan Mathews, 28 ans, et Brian Mark Lemley, 35 ans, ont plaidé coupables lors d’audiences distinctes à des accusations de transport illégal d’une arme à feu et d’entrave à la justice — ils ont détruit des téléphones cellulaires au moment où des agents du FBI pénétraient dans leur logement.

Le troisième coaccusé, William Garfield Bilbrough IV, a été condamné à cinq ans de prison après avoir plaidé coupable en décembre d’avoir aidé Patrik Jordan Mathews à entrer illégalement aux États-Unis depuis le Canada en 2019.

Après qu’un procureur ait lu à haute voix un résumé de l’affaire contre eux, le juge leur a posé la même question: «Avez-vous fait ce que le gouvernement a dit que vous avez fait ?» Patrik Jordan Mathews et Brian Mark Lemley ont tous deux répondu par l’affirmative.

Patrik Jordan Mathews a plaidé coupable à quatre chefs d’accusation passibles d’un maximum de 50 ans de prison. Brian Mark Lemley a plaidé coupable à sept chefs d’accusation passibles d’un maximum de 70 ans. Cependant, dans les deux cas, les lignes directrices fédérales en matière de détermination de la peine recommanderont probablement une peine de prison nettement inférieure au maximum légal.

Le juge de district américain Theodore Chuang, qui n’est pas lié par les directives, devrait prononcer les peines dans les deux cas le 28 octobre.

Aucun des accusés n’a fait l’objet de chefs liés au terrorisme, et une «stipulation des faits» signée par Patrik Jordan Mathews, Brian Mark Lemley et les procureurs ne mentionnait pas le rassemblement de Richmond. Mais les procureurs se réservent le droit de demander un «rehaussement pour terrorisme» lors de la détermination de la peine qui pourrait conduire à une augmentation importante de la peine de prison si le juge accepte de l’appliquer.

Laisser un commentaire