L’ex-stratège de Trump accusé de détournement de fonds plaide non coupable

NEW YORK — Steve Bannon, l’ancien stratège en chef du président Donald Trump, a plaidé non coupable aux accusations d’avoir détourné l’argent des donateurs d’une collecte en ligne pour construire un mur à la frontière avec le Mexique.

Il a comparu devant la Cour fédérale à Manhattan, jeudi, quelques heures après avoir été arrêté dans un yacht au large des côtes du Connecticut. Trois autres personnes ont aussi été accusées en même temps que lui dans ce dossier.

Menotté, le visage caché derrière un masque blanc, Steve Bannon était assis dans une cellule de détention du tribunal de Manhattan, d’où il a comparu par vidéoconférence alors que ses avocats étaient au téléphone.

Le juge a accepté sa libération en échange d’une caution de 5 millions de dollars, en attendant la suite des procédures.

La collecte de fonds «We Build The Wall» avait été lancée par des hommes qui avaient vanté leurs liens étroits avec le président Trump, donnant à leur campagne une légitimité qui les a aidés à amasser plus de 25 millions de dollars.

Mais selon les accusations rendues publiques jeudi, une grande partie de l’argent collecté ne s’est jamais rendu jusqu’au mur. Il a plutôt été utilisé pour remplir les poches des membres du groupe, y compris Steve Bannon, qui a été un proche collaborateur de M. Trump à la Maison-Blanche et qui a aussi joué un rôle important dans sa campagne électorale. Il est accusé d’avoir détourné plus d’un million de dollars, notamment pour payer secrètement l’un de ses coaccusés dans cette affaire, Brian Kolfage, et pour couvrir des centaines de milliers de dollars de dépenses personnelles.

M. Bannon s’ajoute ainsi à plusieurs autres collaborateurs de M. Trump qui ont eu des problèmes avec la justice ces dernières années, dont son ancien président de campagne, Paul Manafort, que M. Bannon avait remplacé, son avocat de longue date, Michael Cohen, et son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn. Le président Trump a déjà clairement indiqué qu’il était prêt à utiliser ses pouvoirs présidentiels pour aider ses alliés à échapper à leurs ennuis judiciaires; il a récemment commué la peine de son conseiller politique Roger Stone.

Après l’annonce de l’arrestation de Steve Bannon, jeudi matin, le président Trump s’est rapidement distancé de son ancien collaborateur, tout en affirmant qu’il ne savait rien du projet et qu’il n’avait jamais cru en un mur financé par des intérêts privés.

Laisser un commentaire
Les plus populaires