L’héritage de Paul Gérin-Lajoie est salué par tous

MONTRÉAL — L’important héritage laissé par Paul Gérin-Lajoie dans les domaines de l’éducation et de l’aide internationale a été salué par de nombreuses personnalités, lundi, et par les politiciens de toute allégeance.

Voici quelques déclarations en réaction à son décès:

— La Fondation Paul Gérin-Lajoie:

«La disparition de notre fondateur consterne toutes et tous, et l’ensemble de l’équipe de la Fondation adresse ses plus sincères condoléances et amitiés à la famille et aux proches de notre président fondateur. Que tous soient certains que cet exemple de vie demeure une source d’inspiration qui nous donne l’élan et la volonté de continuer l’oeuvre essentielle et toujours vivante de Paul Gérin-Lajoie.

— Philippe Couillard, premier ministre du Québec:

«Sa stature dépasse celle d’un seul parti politique. C’est un homme qui appartient à l’histoire du Québec. Il faut lui dire un grand merci et apprécier ce qu’il nous a laissé: la démocratisation et la modernisation du réseau de l’éducation; c’est ça qui a ouvert la porte à la modernité pour les Québécois et les Québécoises et qui a créé l’État moderne dans lequel on est maintenant.»

— Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur:

«Il avait l’accessibilité comme un mantra; l’accessibilité aux études, c’est vraiment Paul Gérin-Lajoie qui l’aura le plus portée. (…) Même après la fin de sa carrière politique, il a toujours exercé pour continuer à intervenir pour l’éducation, non seulement au Québec mais partout dans le monde. C’est un homme d’une détermination… Déterminé jusqu’à la toute, toute fin.»

— Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation:

«Quelle triste nouvelle d’apprendre le décès de M. Paul Gérin-Lajoie, l’un des principaux artisans du système d’éducation au Québec. Mes plus sincères condoléances à son fils François et à tous ses proches. Au revoir monsieur le ministre!»

— François Legault, chef de la Coalition avenir Québec:

«Paul Gérin-Lajoie était un grand Québécois, qui demeure une source d’inspiration pour moi. Mes plus sincères sympathies à sa famille et à ses proches.»

— Jean-François Lisée, chef du Parti québécois:

«Avec audace, énergie et talent, Paul Gérin-Lajoie a guidé le Québec moderne sur les chemins de l’éducation, de la culture, de la valorisation du français, des relations et de la solidarité internationales. Un grand homme. Un bâtisseur d’État. Un humaniste. Un modèle.»

— Gabriel Nadeau-Dubois, coporte-parole de Québec solidaire:

«Le projet de loi 60, déposé en 1963, qui décrétait la création du ministère de l’Éducation, est possiblement le projet de loi le plus important de l’histoire du Québec. Paul Gérin-Lajoie, à titre de premier titulaire de la charge de ministre de l’Éducation, a su mener cette réforme de façon magistrale. Il est le véritable père de nos écoles publiques et gratuites.»

— Justin Trudeau, premier ministre du Canada:

«Les contributions immenses et historiques de Paul Gérin-Lajoie à la vie publique et à l’éducation — au Québec et dans le monde — ont contribué à améliorer l’avenir de tant de jeunes et à renforcer notre société. Sophie et moi offrons nos sincères condoléances à ses proches.»

— Marie-Claude Bibeau, ministre fédérale du Développement international et de la Francophonie:

«Un grand homme vient de s’éteindre. Un de nos grands ambassadeurs. Ses actions ont contribué à inspirer des générations de Canadiens à s’intéresser et s’investir dans le développement. Mes condoléances à la famille et amis de Paul Gérin-Lajoie.»

— Alain Rayes, député du Parti conservateur du Canada et lieutenant québécois du chef Andrew Scheer:

«Le Québec perd un de ses grands bâtisseurs aujourd’hui, Paul Gérin-Lajoie. Ayant oeuvré dans le milieu de l’éducation, je peux témoigner de ce qu’il a fait pour rendre accessible à tous l’éducation, au Québec et ailleurs dans le monde. Merci et sincères condoléances aux proches.»

— Alexandre Boulerice, député du Nouveau Parti démocratique (NPD):

«C’est vraiment toute une vie de service public, de service à la communauté, de préoccupations sur l’éducation, sur l’avenir du Québec et des enfants. J’ai des petits qui sont à l’école; la dictée PGL, comme ils l’appellent les jeunes. Même eux, les tout petits qui ont 10-12 ans, savent c’est qui Paul Gérin-Lajoie parce qu’ils ont entendu parler de cette dictée qui est très populaire dans les écoles.»

— Rhéal Fortin, député fédéral du parti Québec debout:

«On peut dire que d’une certaine façon, Paul Gérin-Lajoie a été l’un des pionniers à revendiquer l’indépendance du Québec, ou à tout le moins, son indépendance vis-à-vis le contrôle d’Ottawa dans les champs qui sont sous sa juridiction.»

— Mario Cardinal, auteur de la biographie «Paul Gérin-Lajoie – L’Homme qui rêve de changer le monde»:

«Gérin-Lajoie, on en parle au Québec, mais il est connu partout! Allez au Sénégal, allez voir dans d’autres pays en Afrique, par exemple, c’est extraordinaire ce qu’il a fait. Et non pas seulement les gars, mais les filles aussi. Il a fait beaucoup de choses pour les filles en Afrique et on sait à quel point dans beaucoup, beaucoup de pays, les filles n’ont pas de temps à perdre à aller à (l’école). Mais Gérin-Lajoie s’est battu là-dessus.»

— Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ):

«C’est un pilier de l’histoire du Québec qui s’est éteint aujourd’hui. Remarquable défenseur des jeunes, de l’éducation et de l’alphabétisation, Paul Gérin-Lajoie aura fait de l’accès au savoir, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde, le combat de sa vie. Visionnaire, il a contribué à la création du ministère de l’Éducation».

Les plus populaires