L’heure est au nettoyage dans les provinces de l’Atlantique après le passage de Fiona

Au lendemain du passage de la tempête post-tropicale Fiona au Canada atlantique et dans l’est du Québec, les résidents d’une ville côtière dévastée de l’ouest de Terre-Neuve ont appris que l’une des leurs était décédée.

Alors que Fiona ravageait Port-aux-Basques, samedi, provoquant des rafales de 130 km/h, la police a reçu des informations selon lesquelles deux femmes avaient été entraînées dans l’océan. Une femme a été secourue par des résidents locaux, mais la GRC a confirmé dimanche que la deuxième femme était décédée après avoir été emportée.

La GRC a expliqué que le corps de la femme de 73 ans avait été récupéré de l’eau plus de 24 heures après qu’une vague massive a frappé sa maison, arrachant une partie du sous-sol. Son nom n’a pas été immédiatement publié.

«Le corps a été localisé dans l’eau quelque temps avant 16 h aujourd’hui par des policiers de la GRC. Avec l’aide de la Garde côtière canadienne et des équipes de recherche et de sauvetage de Barachois et de Stephenville, le corps de la femme a été repêché», a-t-elle signalé par communiqué.

Le maire Brian Button a indiqué que les dégâts dans la petite ville de 4000 habitants sont pires que ce que les autorités imaginaient.

«Le temps s’est éclairci, mais la situation demeure sombre, a-t-il déclaré sur Facebook. La situation ne peut pas revenir à la normale en une journée. Cela va nécessiter des jours, des semaines, voire des mois à certains endroits.»

En fin d’après-midi dimanche, environ 340 000 résidents du Canada atlantique avaient passé leur deuxième journée sans électricité.

En Nouvelle-Écosse, le premier ministre Tim Houston a inspecté certaines des régions les plus durement touchées du Cap-Breton, où la colère de Fiona a gravement endommagé de nombreuses maisons. Arrivé à Glace Bay à bord d’un hélicoptère, M. Houston a pris la parole devant un lave-auto qui s’était effondré sur une maison voisine.

«Nous savons qu’il y a beaucoup de gens qui n’ont nulle part où aller, a-t-il mentionné. Il suffit de se promener et de voir les dégâts, c’est difficile à voir.»

À Reserve Mine, à environ 15 km à l’est de Sydney, des arbres se sont abattus dans des résidences.

«Glace Bay et Reserve Mines ressemblent à des zones de guerre. Les maisons ont perdu leur toit, les arbres ont été abattus. Je sais que les Capbretonnais vont aider leurs amis et leur famille de leur mieux», a dit un résidant, Darren MacKinnon.

Reggie Boutilier a perdu une partie de sa toiture. Sa remise a complètement été détruite.

«Les vents soufflaient très fort, a raconté l’homme âgé de 67 ans. Ils ont frappé le haut de la maison pendant toute la nuit. Leur force était incroyable.»

Le premier ministre Justin Trudeau, qui a annulé sa visite prévue au Japon pour les funérailles d’État de l’ancien premier ministre Shinzo Abe, a déclaré qu’il se rendra à son tour dès que possible dans les Maritimes.

La tempête n’a pas épargné l’Île-du-Prince-Édouard.

Leigh Misener de Covehead Wharf regardait ce qui restait de l’immeuble où il travaillait.

«C’est chez moi, venez quand vous voulez,» plaisantait-il.

Son sarcasme ne dissimulait pas son désarroi. Il est déchirant de voir les dégâts. Le quai révèle une image digne de l’apocalypse avec ses édifices détruits, ses terrains ravagés, comme si l’endroit avait été frappé par un puissant tremblement de terre.

«Tout le quai est disparu. Tout le monde va en souffrir», a lancé M. Misener.

Judy Profitt, qui demeure près de Brackley Beach, remarquait qu’un repère important n’était plus présent près du pont Covehead: une petite dune qui s’y élevait.

«C’était ma dune favorite. Elle a été nivelée, a mentionné Mme Profitt, des sanglots dans la voix. J’ai photographié cette dune. Après la mort de mon mari, elle avait été gravée sur sa pierre tombale. C’est si triste de voir ce qu’elle est devenue.»

Le gouvernement a annoncé que les écoles seront fermées lundi et mardi dans la province. À l’instar de la Nouvelle-Écosse, la veille, le gouvernement fédéral a approuvé la demande d’aide formulée par l’Île-du-Prince-Édouard pour déployer des militaires, a annoncé le ministre fédéral de la Protection civile, Bill Blair.

«Les membres des Forces armées canadiennes aideront à retirer les débris et à réparer les liens de transport pendant que les techniciens travaillent à rétablir le réseau électrique», a indiqué le ministre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.