L’homme qui aurait poignardé deux femmes dans le métro de Toronto a été accusé

TORONTO — L’homme qui aurait poignardé mortellement une femme dans le métro de Toronto, jeudi, a été formellement accusé de meurtre au premier degré.

Selon la police torontoise, l’homme de 52 ans aurait poignardé deux femmes jeudi après-midi dans une voiture du métro.

L’une des deux femmes — Vanessa Kurpiewska, âgée de 31 ans — est décédée à l’hôpital, tandis que l’autre victime, âgée de 37 ans, a depuis reçu son congé du centre hospitalier.

La police a précisé que l’homme et les deux femmes ne se connaissaient pas.

Le suspect avait été intercepté à la station High Park vers 14 h par les policiers, qui l’ont ensuite arrêté.

L’homme fait face à des accusations de meurtre au premier degré et de tentative de meurtre.

Le maire de Toronto, John Tory, a reconnu que cet événement est une «tragédie», mais que les transports en commun de sa ville demeurent sécuritaires pour les usagers.

«C’est un incident horrible», a-t-il admis lors d’une conférence de presse portant sur un autre sujet, vendredi. «Je ne veux surtout pas sous-estimer la gravité de ce qui s’est passé, mais la Commission de transport de Toronto demeure un système très sécuritaire, qui transporte des millions de personnes chaque jour.»

M. Tory a ajouté qu’il rencontrera la semaine prochaine le chef de police, ainsi que le président de la Commission de transport, afin de trouver des manières d’accroître la sécurité dans les transports en commun.

D’autres événements

L’attaque survenue jeudi dans le métro n’était pas la première à survenir dans le réseau de transport en commun de la ville cette année.

En juin, une femme est décédée après avoir été immolée dans un autobus, tandis qu’une femme a été poussée sur la voie du métro dans une station achalandée, plus tôt cette année.

Le maire Tory a souligné que des mesures ont déjà été mises en place pour assurer la sécurité des usagers des bus et métro, comme l’ajout de constables spéciaux. Des discussions sont déjà en cours afin d’accroître leur présence, a souligné M. Tory.

Mais selon lui, la sécurité dans les transports en commun passe aussi par les services pour la santé mentale.

En conférence de presse aux côtés d’autres ministres fédéraux et provinciaux, M. Tory a plaidé que les trois ordres de gouvernement doivent augmenter les financements de ces services.

«Nous n’avons pas été à la hauteur, collectivement, mais la plupart des problèmes font partie du système de soins de santé», a affirmé M. Tory.

Il a fait valoir que les personnes en détresse devraient avoir des endroits vers où se tourner pendant une crise, plutôt que de traîner dans les voitures de métro.

Présence accrue

Dans un communiqué publié après l’incident de jeudi, la Commission de transport de Toronto a indiqué avoir augmenté la présence de ses employés dans les stations du métro.

Elle a aussi rappelé que plusieurs dispositifs de sécurité sont déjà en place, comme des systèmes de communication sur les quais du métro et des caméras de surveillance dans les stations.

Le syndicat qui représente les employés de la Commission de transport s’est quant à lui dit «choqué face à tous ces actes violents dans les transports en commun». Il demande que des gestes concrets soient posés dès maintenant par la Ville et la Commission pour changer les choses.

Plus tôt cette semaine, le syndicat a révélé qu’un opérateur a été agressé puis volé alors qu’il était en fonction, lundi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.