L’homme qui avait décapité un voyageur dans un autocar veut plus d’autonomie

WINNIPEG – Vince Li, un schizophrène qui avait décapité un autre voyageur dans un autocar au Manitoba, il y a sept ans et demi, demande un assouplissement de ses conditions d’internement.

M. Li, qui a changé officiellement son nom pour devenir Will Baker, a plaidé sa cause lundi devant la Commission manitobaine d’examen.

Cette commission provinciale est chargée, en vertu du Code criminel canadien, de revoir chaque année le dossier des personnes qui ont commis des crimes mais pour qui on a rendu un verdict de non-responsabilité criminelle ou d’inaptitude à subir leur procès pour cause de troubles mentaux.

M. Baker avait tué Tim McLean dans un autocar Greyhound qui roulait sur l’autoroute Transcanadienne près de Portage la Prairie, en juillet 2008. Il avait plus tard été reconnu non criminellement responsable de ce meurtre, pour cause de troubles mentaux.

D’abord interné dans un hôpital psychiatrique, le malade a recouvré petit à petit plus de liberté: promenades accompagnées sur les terrains de l’hôpital, puis sorties supervisées dans la collectivité. L’an dernier, il avait obtenu le droit de vivre en foyer de groupe. Il demande maintenant de pouvoir quitter ce foyer collectif, tout en demeurant soumis à une supervision quotidienne.

Les professionnels de la santé qui le traitent ont témoigné lundi devant la commission que M. Baker a toujours été un patient exemplaire, qui prend scrupuleusement ses médicaments.

La Couronne ne s’est pas objectée à sa requête, précisant que M. Baker serait supervisé encore «pour un avenir prévisible».

La Commission manitobaine d’examen devrait rendre sa décision d’ici la fin de la semaine.