L’Hôtel-Dieu mis à contribution pour alléger la pression sur les CHSLD

MONTRÉAL — Deux nouvelles unités d’hospitalisation ont été aménagées dans l’Hôtel-Dieu de Montréal pour alléger la pression sur les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) et les autres établissements actuellement dépassés par la pandémie.

Ces deux unités «alternatives», mises sur pied par le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), visent à prendre en charge des patients — infectés ou non — qui ne peuvent pas retourner dans leur établissement d’origine, que ce soit un CHSLD, une résidence privée pour aînés ou des ressources intermédiaires pour personnes vivant par exemple avec une déficience intellectuelle ou physique. Les personnes qui reçoivent normalement des soins à domicile pourront également y être hébergées.

La première de ces deux unités, opérationnelle depuis une dizaine de jours déjà, est réservée aux personnes qui n’ont pas contracté la COVID-19, mais dont l’établissement d’origine n’a plus la capacité de les accueillir.

La deuxième unité, qui a ouvert ses portes lundi matin, est à l’intention des personnes infectées, dans l’attente de leur guérison complète. Ces cas confirmés doivent être transférés à partir d’hôpitaux désignés pour traiter la COVID-19, une fois leur état stabilisé. Cette unité a donc également pour objectif de faciliter un certain roulement dans les centres désignés, de leur offrir un espace de «drainage» puisqu’ils arrivent «rapidement à saturation», a expliqué le président-directeur général du CHUM, Fabrice Brunet.

Chacune des deux unités peut accueillir jusqu’à 100 patients.

En conférence de presse, lundi après-midi, le docteur Brunet a expliqué que ce soutien du CHUM a été sollicité par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Les autorités sanitaires cherchent, selon lui, à ouvrir d’autres de ces unités alternatives afin d’accorder un répit aux CHSLD pendant leur réorganisation.

Lors de sa mise à jour de lundi, le premier ministre François Legault a qualifié la situation actuelle dans les résidences pour aînés d’«urgence nationale», tandis qu’au moins 4000 résidants sont atteints de la COVID-19 à travers la province et qu’il manque 2000 personnes pour les soigner.

«Ce que nous avons observé récemment, c’est que le mode de contamination de ce virus, qu’on appelle la contagiosité, est parfois surprenante, a reconnu le Dr Brunet. Ceci explique que nous avons eu dans nos CHSLD et les autres institutions qui prennent en charge des personnes âgées, un nombre très élevé de patients, beaucoup plus que ce que nous attendions. Nous avons eu aussi des contaminations au niveau des différentes personnes qui les prennent en charge.»

Par ailleurs, afin de limiter toute propagation, le personnel affecté à l’Hôtel-Dieu réintégrera seulement le CHUM une fois la crise passée, a-t-il précisé.

Ce n’est pas la première fois que l’Hôtel-Dieu, le plus ancien hôpital de Montréal, est mis à contribution dans les efforts pour contenir la pandémie. Dès la mi-mars, une des premières cliniques de dépistage du nouveau coronavirus avait été ouverte dans son ancienne urgence, désaffectée depuis plus de deux ans.