Libération de Kherson: «le début de la fin de la guerre», selon le président Zelensky

KHERSON, Ukraine — Le président Volodymyr Zelensky a triomphé lundi dans les rues de la ville nouvellement libérée de Kherson, saluant le retrait de la Russie comme le «début de la fin de la guerre». Il a aussi reconnu le lourd tribut que paient les troupes ukrainiennes dans leurs efforts acharnés pour repousser les envahisseurs.

La reprise de Kherson a été l’un des plus grands succès de l’Ukraine dans la guerre de près de neuf mois, portant un autre coup dur au Kremlin. Cela pourrait servir de tremplin pour de nouvelles avancées en territoire occupé.

Le président Joe Biden l’a qualifiée de «victoire significative» pour l’Ukraine.

«Je ne peux qu’applaudir le courage, la détermination et la capacité du peuple ukrainien, de l’armée ukrainienne, a-t-il affirmé en marge d’un sommet du G20 en Indonésie. Ils ont vraiment été incroyables. Nous allons continuer à fournir au peuple ukrainien la capacité de se défendre.»

De grandes parties de l’est et du sud de l’Ukraine sont toujours sous contrôle russe. La ville de Kherson elle-même reste à portée des obus et des missiles de Moscou. De violents combats se sont poursuivis ailleurs en Ukraine. L’agence de presse d’État russe RIA Novosti a rapporté que la ville d’Oleshky, dans le territoire sous contrôle russe de l’autre côté du Dniepr depuis Kherson, a été la cible de tirs d’artillerie lourde.

À Kherson, M. Zelensky a décerné des médailles aux soldats et a posé avec eux pour des égoportraits.

«C’est le début de la fin de la guerre, a-t-il déclaré. Nous arrivons pas à pas dans tous les territoires temporairement occupés.»

Mais il a aussi tristement noté que les combats «ont pris les meilleurs héros de notre pays».

La fin de l’occupation russe de la ville — la seule capitale provinciale saisie depuis l’invasion russe en février — a déclenché des jours de célébration. Mais à l’approche de l’hiver, ses 80 000 habitants restants sont privés de chauffage, d’eau et d’électricité, et manquent de nourriture et de médicaments. Le président Zelensky dit que la ville est truffée de pièges et de mines. Et les autorités ukrainiennes mentionnent que des signes d’atrocités émergent, tout comme dans d’autres zones libérées.

Les forces russes «ont tout détruit sur leur passage, détruit tout le réseau électrique», a-t-il évoqué.

L’Institut pour l’étude de la guerre a déclaré que l’Ukraine avait remporté «une victoire importante» en reprenant la ville et d’autres zones à l’ouest du Dniepr. Cependant, le groupe de réflexion basé à Washington a noté qu’«il n’a en aucun cas libéré le territoire minimum essentiel à sa sécurité future et sa survie économique».

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a averti que «nous ne devrions pas commettre l’erreur de sous-estimer la Russie».

«Les forces armées russes conservent une capacité importante ainsi qu’un grand nombre de soldats. Et la Russie a démontré sa volonté de subir des pertes importantes», a-t-il déclaré lors de sa visite à La Haye.

L’Assemblée générale des Nations unies a adopté lundi une résolution appelant à la mise en place d’un mécanisme d’évaluation des réparations russes pour les dommages et les blessures en Ukraine. La résolution n’est pas contraignante et l’ambassadeur de Russie a déclaré qu’elle n’avait aucune validité juridique.

Le voyage de M. Zelensky à Kherson faisait partie d’une série de visites inattendues dans les zones de première ligne à des moments cruciaux de la guerre. Dans une vidéo, le dirigeant ukrainien, visiblement ému, se tenait la main sur le cœur et chantait l’hymne national alors que les troupes saluaient et se tenaient au garde-à-vous.

Un porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a refusé de commenter la visite du président Zelensky, disant seulement que «vous savez que c’est le territoire de la Fédération de Russie». La Russie a illégalement annexé la région de Kherson et trois autres provinces ukrainiennes plus tôt cette année, en plus d’annexer la péninsule de Crimée en 2014.

Dans son discours de dimanche soir, M. Zelensky a indiqué que «les enquêteurs ont déjà documenté plus de 400 crimes de guerre russes, et les corps de civils et de militaires ont été retrouvés».

Au cours des deux derniers mois, l’armée ukrainienne a affirmé avoir repris des dizaines de villes et de villages au nord de la ville de Kherson, qui est une porte d’entrée clé vers la péninsule de Crimée au sud.

Mais la guerre acharnée s’est poursuivie — avec des bombardements, des pertes civiles et des gains de chaque côté.

Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses forces avaient complètement capturé le village de Pavlivka dans la région orientale de Donetsk. Plusieurs responsables ukrainiens ont signalé de violents combats dans la région ces dernières semaines.

À Louhansk, une autre région orientale annexée par Moscou, les forces de Kiev ont repris 12 colonies, a affirmé le gouverneur régional Serhiy Haidai.

___

Avec la contribution de John Leicester, Hanna Arhirova et Aamer Madhani

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.