Libération des 42 personnes enlevées d’une école du nord du Nigeria

LAGOS, Nigéria — Les 42 personnes, dont 27 étudiantes, enlevées la semaine dernière d’une école du nord du Nigeria, ont été libérées.

C’est ce qu’a indiqué l’attachée de presse du gouverneur de l’État de Niger (à ne pas confondre avec le pays voisin), Mary Noel-Berje, à l’agence The Associated Press, samedi.

«Les otages libérés sont arrivés dans la capitale de l’État (Minna). Nous les avons accueillis», a souligné Mme Noel-Berje.

Les étudiantes, les enseignants et des membres de leur famille avaient été enlevés par des hommes armés d’une école secondaire de Kagara.  

L’annonce de leur libération survient au lendemain de l’enlèvement de 317 filles d’un pensionnat du nord du Nigeria, dans l’État de Zamfara.

Un résident a raconté que les ravisseurs avaient également attaqué une base militaire et un point de contrôle, situés à proximité, pour empêcher les militaires d’intervenir.

Plusieurs groupes armés, les «bandits» comme les surnomment le gouvernement, sont connus pour réclamer des rançons ou la libération de leurs proches de prison lors de ces kidnappings de masse.

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a affirmé vendredi que la priorité de son gouvernement était d’assurer le retour des adolescentes et des autres otages, et ce, sans qu’il y ait de menace à leur vie ou à leur sécurité.

«Nous ne succomberons pas au chantage de bandits et de criminels qui ciblent des personnes innocentes dans l’espoir d’empocher d’énormes rançons, a-t-il affirmé. Que ces bandits, kidnappeurs et terroristes ne se fassent pas d’illusion. Ils ne sont pas plus puissants que le gouvernement», a ajouté le président nigérian.

Quoi qu’il en soit, le Nigeria a connu plusieurs enlèvements de masse au fil des ans, dont celui de 276 adolescentes d’une école secondaire de Chibok, dans l’État de Borno, en avril 2014 par le groupe djihadiste Boko Haram qui avait fait les manchettes. Plus d’une centaine de ces filles manquent toujours à l’appel.

En décembre dernier, 344 étudiantes d’une école secondaire de Kankara ont été enlevées puis libérées par la suite.

Par Sam Olukoya, The Associated Press.

Laisser un commentaire