Libéraux-NPD: une entente qui a changé la dynamique à la Chambre des communes

OTTAWA — L’accord de soutien et de confiance conclu entre les libéraux et le NPD il y a trois mois a changé la dynamique de la Chambre des communes, même lors d’une session parlementaire dont on se souviendra principalement pour la destitution d’un autre chef conservateur et la polarisation accrue de la politique canadienne par un convoi contre les restrictions pandémiques.

L’accord, cependant, signifie que les députés partent pour l’été sans avoir à se préparer pour une élection fédérale connue ou potentielle à l’automne pour la première fois en quatre ans.

Le NPD et les libéraux décrivent l’entente comme un succès à ce jour. Pour les conservateurs et le Bloc québécois, l’accord a été une source de frustration, les excluant de nombreuses négociations à la Chambre parce que les libéraux n’avaient plus à se demander quel parti de l’opposition serait leur partenaire de danse.

En vertu de l’entente annoncée le 22 mars, le NPD a offert d’appuyer le gouvernement sur la plupart des votes de confiance et les libéraux ont accepté de coopérer sur certaines priorités du NPD.

Dans les mois qui ont suivi, le NPD a effectivement voté avec le gouvernement sur des projets de loi de confiance, dont le budget, mais aussi sur un certain nombre de questions de non-confiance. Les députés néo-démocrates ont aidé le gouvernement à limiter le débat sur certains projets de loi et à en faire adopter d’autres, y compris des modifications controversées à la Loi sur la radiodiffusion, à la Chambre et au Sénat.

Les libéraux ont donné suite à certaines priorités du NPD, notamment en inscrivant un programme national de soins dentaires dans le budget fédéral et certains programmes de logement.

Mercredi, le leader du gouvernement à la Chambre, Mark Holland, a minimisé l’effet de l’accord, affirmant que le principal impact est «d’assurer la stabilité du Parlement».

«Il y a si peu de choses dans l’accord de soutien et de confiance», a-t-il déclaré.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a déclaré mercredi qu’il estimait que l’accord fonctionnait comme il l’avait espéré et qu’il était convaincu qu’il continuerait de répondre aux priorités du NPD au cours des prochains mois.

Mais il a averti que si le premier ministre Justin Trudeau ne tenait pas ses promesses, il serait prêt à retirer le soutien du NPD au gouvernement libéral minoritaire. Il a dit qu’il avait l’intention de pousser le gouvernement à en faire plus pour aider les Canadiens aux prises avec le poids d’une inflation presque record.

«Nous avons clairement indiqué que nous avions également besoin de soutien supplémentaire, a-t-il déclaré. L’accord fixe un plancher (…), mais il ne fixe pas de plafond à ce que nous pouvons demander ou à ce pour quoi nous pouvons nous battre.»

MM. Singh et Trudeau se sont rencontrés à plusieurs reprises, comme l’exige l’accord, et la coopération et le partage d’informations entre les partis seraient bons.

Le député libéral Rob Oliphant, secrétaire parlementaire aux Affaires étrangères, a déclaré que de son point de vue, l’accord avait dynamisé M. Trudeau et les libéraux, qui pouvaient avancer sur leurs priorités sans la menace constante d’être renversés.

«Je pense que cela a un peu stimulé sa démarche, a déclaré M. Oliphant dans une entrevue. Je le vois vraiment impliqué depuis les deux derniers mois, alors qu’il y a eu quelques mois où je n’étais pas sûr qu’il était aussi impliqué.»

M. Oliphant a déclaré que l’accord avait eu l’effet inverse sur les conservateurs, les envoyant «à la dérive».

«Ce que cela fait, c’est que cela a coupé le vent des voiles des conservateurs, car ils savent qu’ils ne sont pas en mesure de nous vaincre facilement, a-t-il déclaré. Et je pense qu’ils ne savent pas quoi faire avec ça.»

Le leader parlementaire de l’opposition, John Brassard, a exprimé des sentiments quelque peu similaires lors d’une mêlée avec des journalistes, mardi.

«Il n’y a aucun doute là-dessus dans mon esprit, cela a définitivement changé toute la dynamique de notre équipe de direction», a-t-il déclaré.

Les conservateurs caractérisent l’accord de confiance et de soutien comme un gouvernement de coalition du NPD et des libéraux, donnant effectivement aux libéraux la majorité qu’ils n’ont pas réussi à remporter aux élections de 2021.

Cela a également signalé la fin de toutes les discussions que les libéraux avaient avec les conservateurs, a noté M. Brassard.

«L’opposition officielle était effectivement exclue, a-t-il déclaré. Nous étions les derniers à entendre parler de beaucoup de choses qui se passaient à la Chambre des communes parce que les libéraux allaient simplement voir le NPD et disaient: « C’est ce que nous voulons faire » et obtenaient leur accord.»

Il y a eu des signes occasionnels de coopération entre plus d’un parti, tous les députés votant en faveur d’une législation garantissant que les personnes âgées recevant le Supplément de revenu garanti et les prestations liées à la COVID-19 ne se voient pas réclamer de l’argent.

Au milieu de tout cela, les conservateurs étaient engagés dans des conflits internes, alors que leur troisième course à la direction en six ans a mis en lumière de profondes divisions au sein du parti.

Erin O’Toole a été destitué début février, alors qu’un convoi de Canadiens bloquait les rues autour de la Colline du Parlement et de multiples passages frontaliers, exigeant notamment la fin à toutes les restrictions liées à la COVID-19 et l’éviction de Justin Trudeau.

Le convoi a coloré une grande partie du paysage politique tout au long de 2022. Les enquêtes en cours et les audiences du comité sur la décision du gouvernement d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence ajoutent à la tension.

Le gouvernement est accusé de retenir des informations qui pourraient expliquer sa justification de la Loi sur les mesures d’urgence. Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, est dans l’eau chaude pour avoir déclaré que la police avait demandé que la loi soit invoquée, ce qui a été contredit à la fois par la police et par son propre collègue, le ministre de la Protection civile, Bill Blair.

Le mouvement sur les projets de loi libéraux a été lent. Seuls quatre projets de loi majeurs ont été adoptés entre Noël et mercredi, et l’un d’eux – l’énoncé économique de l’automne – a pris tellement de temps que certains Canadiens ont dû attendre des semaines pour obtenir des remboursements d’impôt qui ne pouvaient être traités avant que de nouveaux crédits d’impôt soient officiels.

Le projet de loi budgétaire et la nouvelle législation qui a été accélérée en réponse à une récente décision de la Cour suprême sur l’utilisation de l’intoxication extrême comme défense pénale devraient être adoptés avant le début des vacances d’été.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.