Liberty Media exigerait 6M $ de plus pour la tenue à huis clos du Grand Prix

MONTRÉAL — Selon ce que rapporte La Presse samedi, Liberty Media, propriétaire du Grand Prix de Formule 1, exigerait 6 millions $ de plus pour la tenue du Grand Prix de Montréal à huis clos.

Cette somme serait nécessaire afin de couvrir les pertes du promoteur local, Groupe de course Octane, en cas de présentation à huis clos de l’événement.

Bien que la Santé publique ne se soit pas encore officiellement prononcée sur ce point, la tenue à huis clos du Grand Prix du Canada semble l’avenue la plus plausible actuellement.

Les 6 millions $ couvriraient les pertes habituellement produites par les revenus aux guichets.

Rejoint par La Presse Canadienne, Octane n’a pas voulu commenter.

Toujours selon La Presse, les gouvernement municipal, provincial et fédéral auraient été notifiés par lettre la semaine dernière. La F1 aurait besoin d’une réponse au plus tard lundi le 12 avril.

Au ministère du Tourisme, on a confirmé que des discussions ont cours, mais qu’on ne commenterait pas davantage le dossier.

Du côté de la Ville de Montréal, une porte-parole a rappelé qu’elle est prête à accueillir l’événement et qu’elle désire que la ville fasse partie du circuit (de la Formule 1). La mairesse, Valérie Plante, a réitéré son appel aux paliers de gouvernement supérieurs pour trouver les solutions qui permettront au GP de se tenir à Montréal.

Toutefois, en attente d’une réponse des autorités sanitaires, il est prématuré de discuter d’une formule de redevances.

S’il n’y a pas d’entente, la F1 songerait à déplacer le plateau vers Istanbul, en Turquie, où la F1 s’est rendue en 2020 quand son calendrier a été revu en raison de la pandémie de COVID-19.

La course montréalaise est prévue du 11 au 13 juin. Le promoteur de l’événement, François Dumontier, souhaite à tout prix présenter un événement en 2021 après l’annulation de la course en 2020.

Au cours d’une entrevue accordée à La Presse Canadienne à la fin mars, Dumontier a même évoqué la possibilité de présenter la course en semaine.

Dumontier a fait état de cette possibilité afin que les membres des écuries de F1 puissent respecter la quarantaine imposée à tous ceux qui entrent au Canada.

Il y a quelques semaines, le Canada a permis aux joueurs de la LNH entrant au pays de ne respecter qu’une quarantaine de sept jours au lieu des 14 habituels. Si une telle règle était appliquée à la F1, elle paverait la voie à la tenue en semaine de la course.

Le Grand Prix de Montréal est coincé entre ceux d’Azerbaïdjan, le 6 juin, et le Grand Prix de France, le 27 juin, ce qui laisse très peu de marge de manœuvre pour le déplacer.

Laisser un commentaire