«Lightyear» de Disney est interdit dans plusieurs pays musulmans

DUBAÏ, Émirats arabes unis — Les autorités d’une grande partie du monde musulman ont interdit la diffusion dans les cinémas du dernier film d’animation de Disney «Lightyear» après l’inclusion d’un bref baiser entre un couple de lesbiennes, a annoncé jeudi la société lors de la première du film.

Treize pays et le territoire palestinien ont interdit le film Pixar dans lequel l’acteur Chris Evans est la voix du héros astronaute Buzz Lightyear des films «Toy Story», a déclaré The Walt Disney Co.

Cela représente un défi majeur au box-office pour l’un des plus grands films d’animation de Disney de l’année alors que l’industrie cinématographique sort des profondeurs de la pandémie de coronavirus. Les analystes ont estimé qu’il pourrait rapporter plus de 100 millions $ US lors de son premier week-end.

«Lightyear» comprend un personnage féminin avec la voix de l’actrice Uzo Aduba qui embrasse brièvement sa partenaire féminine dans une scène du long métrage ayant un budget de 200 millions $. Cela s’est avéré trop pour les censeurs dans de nombreux pays à majorité musulmane, où les lois criminalisent souvent les relations entre gens de même sexe.

Les pays qui ont refusé d’autoriser la diffusion du film sont le Bahreïn, l’Égypte, l’Indonésie, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Malaisie, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite, la Syrie et les Émirats arabes unis, a indiqué Disney. Les Émirats arabes unis, qui abritent Abu Dhabi et Dubaï, ont annoncé plus tôt cette semaine qu’ils n’autoriseraient pas la projection du film.

De nombreux musulmans considèrent les gays et les lesbiennes comme des pécheurs. Dans certaines parties du monde arabe, des membres de la communauté LGBTQ ont été arrêtés et condamnés à des peines de prison. Certains pays maintiennent même la peine de mort.

Les vedettes du film avaient qualifié la décision antérieure des Émirats arabes unis de décevante.

«Ouais, c’est frustrant», a déclaré Chris Evans à l’Associated Press plus tôt cette semaine lors de la première de «Lightyear» à Londres. «Cela fait du bien de faire partie de quelque chose qui fait du progrès social, mais c’est avec ce couvert de frustration douce-amère puisqu’en même temps, il y a encore des endroits qui n’ont pas avancé.»

Les studios ont permis aux censeurs de couper des portions de films en distribution mondiale dans le passé, y compris sur le marché du Moyen-Orient. Récemment, Disney a fait face à des protestations de militants et de son propre personnel à propos de ce qu’ils ont décrit comme la lenteur de la réaction du PDG Bob Chapek à critiquer publiquement la législation de Floride que les opposants ont surnommée le projet de loi «Don’t Say Gay».

Fin mars, le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a signé le projet de loi, qui interdit l’enseignement sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre de la maternelle à la troisième année.

Le moment du baiser avait été coupé plus tôt du film, mais a été restauré après que les employés de Pixar ont protesté contre la réponse de Disney au projet de loi de la Floride.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.