L’interdiction des camions de cuisine de rue à Saint-Hyacinthe est là pour de bon

ST-HYACINTHE, Qc — L’interdiction des camions de cuisine de rue sur le territoire de la Ville de Saint-Hyacinthe ne fait pas l’affaire de la communauté maskoutaine en cette période de pandémie.

Ces propriétaires sont déjà durement touchés, car ils ont vu l’ensemble des événements festifs être annulés durant la saison estivale en raison de la pandémie de la COVID-19. Certains d’entre eux ont même approché la municipalité sur la possibilité d’assouplir la réglementation existante et, ainsi, mieux faire face à cette situation exceptionnelle.

C’est notamment le cas de Francis Veilleux, propriétaire du Mec & Cheese, qui réfute l’argument d’une concurrence déloyale envers les commerçants locaux avancé par la municipalité.

«J’ai moi-même été rencontré des restaurateurs et ils m’ont tous dit que même en réduisant de 50% la capacité réelle de leur salle à manger, je ne les dérange pas. Ils ne fournissent pas, car ils refusent même du monde à tous les jours», explique M. Veilleux.

Un règlement qui date de 2003

La Ville a publié un communiqué, le 7 juillet dernier, pour souligner que les camions de cuisine de rue sont toujours interdits sur l’ensemble du territoire de la Ville de Saint-Hyacinthe.

Sa porte-parole, Jennifer Drouin-Ostiguy, a rappelé que l’article 23 du règlement 77 qui concerne les restaurants ambulants est en vigueur depuis 2003. Le conseil municipal a également réitéré sa position envers la règlementation en place avant la dernière séance, le 6 juillet dernier.

«Le communiqué est donc un rappel règlementaire. La priorité de la Ville et du conseil municipal est de prioriser les restaurateurs locaux. Ils payent des loyers et des taxes municipales, ce qui n’est pas le cas pour les commerces ambulants ce qui devient inéquitable pour les commerçants locaux», affirme Mme Drouin-Ostiguy.

Le communiqué précise également que la présence de camions de cuisine de rue est seulement autorisée lors d’événements spéciaux sur permission expresse de la Ville ou lors d’événements privés sur un terrain privé. La présence d’un camion de cuisine de rue doit alors être identifiée comme étant un service de traiteur, si la nourriture est offerte et non vendue aux invités.

Un «manque de vision», selon l’ARRQ

L’Association des restaurateurs de rues du Québec (ARRQ) dénonce le «manque de vision» de la municipalité. «La ville nuit de tous les côtés à l’expansion d’un mode de restauration sécuritaire. De plus, les cuisines de rue participent au dynamisme des villes», avance sa porte-parole, Gaëlle Cerf.

L’ARRQ, qui a notamment participé à l’élaboration de la règlementation municipale de la Ville de Montréal, juge que le moment serait bien choisi durant la période pandémique pour mettre en place un projet pilote à Saint-Hyacinthe.

«La ville pourrait modifier son règlement et autoriser seulement les camions qui ont des cuisines de production à Saint-Hyacinthe, ce qui fait qu’elle a une preuve d’existence et de paiement de taxes. C’est ce que la Ville de Montréal a fait», ajoute Gaëlle Cerf

Des propriétaires déçus

Francis Veilleux estime ne pas comprendre l’application du règlement, tout particulièrement en période de pandémie. «J’ai répété à la ville que nous sommes dans une situation exceptionnelle, alors est-ce qu’il est possible d’avoir une réglementation tout aussi exceptionnelle? La ville reste malheureusement fermée sur sa position», ajoute-t-il.

Même son de cloche pour un autre propriétaire de ces cuisines roulantes approché par La Presse Canadienne. Sylvain Ayotte, qui vend des queues de castor, s’est aussi dit très déçu la fermeture de la ville.

«Partout ailleurs, il y a de l’ouverture pour obtenir une demande de permis pour quelques jours et nous permettre d’aller vendre nos produits, mais à Saint-Hyacinthe, la porte est complètement fermée», explique M. Ayotte, lui-même résident de la municipalité.

Une pétition a été lancée mercredi pour demander à la Ville de Saint-Hyacinthe de changer d’idée et autoriser les cuisines de rue sur son territoire à l’adresse :

https://www.change.org/p/maire-de-la-ville-de-st-hyacinthe-autoriser-les-foodtrucks-dans-la-ville-de-st-hyacinthe

Texte de l’Initiative de journalisme local

Laisser un commentaire
Les plus populaires