L’Iran annonce avoir exécuté un détenu arrêté lors des manifestations

DUBAÏ, Émirats arabes unis — L’Iran a annoncé jeudi avoir exécuté un prisonnier condamné pour un crime qui aurait été commis lors des manifestations en cours dans le pays. Il s’agit de la première peine de mort de ce type prononcée par Téhéran.

L’exécution de Mohsen Shekari survient alors que d’autres détenus risquent également la peine de mort pour leur implication dans les manifestations contre la police des mœurs iranienne, qui ont commencé à la mi-septembre.

Les militants avertissent que d’autres manifestants arrêtés pourraient également être mis à mort dans un avenir proche. Selon eux, au moins une douzaine de personnes ont jusqu’à présent été condamnées à mort pour leur implication dans les manifestations.

L’exécution «doit susciter de vives réactions, sinon nous serons confrontés à des exécutions quotidiennes de manifestants», a estimé Mahmood Amiry-Moghaddam, qui est directeur du groupe Iran Human Rights. «Cette exécution doit avoir des conséquences rapides au niveau international», a-t-il soutenu.

L’agence de presse Mizan, dirigée par la justice iranienne, a expliqué que M. Shekari avait été condamné par le tribunal révolutionnaire de Téhéran, qui tient généralement des affaires à huis clos. Les tribunaux iraniens ont été critiqués pour ne pas avoir permis aux personnes jugées de choisir leurs propres avocats ou même de voir les preuves à leur encontre.

Mohsen Shekari a été accusé d’avoir bloqué une rue à Téhéran et d’avoir agressé à la machette un membre des forces de sécurité, qui a eu besoin de points de suture pour ses blessures, a indiqué l’agence.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.