L’obligation vaccinale de l’Université Western suscite certaines inquiétudes

La décision de l’Université Western d’exiger que toutes les personnes qui fréquenteront son campus cet automne aient reçu au moins une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 suscite certaines inquiétudes à l’aube de la rentrée.

L’établissement d’enseignement situé à London, en Ontario, a annoncé lundi que tous ses étudiants et membres du personnel devront avoir reçu au moins trois doses de vaccin pour accéder au campus, en plus de porter le masque dans les salles de classe.

Selon le président du conseil étudiant de l’université, Ethan Gardner, le court délai entre cette annonce et le début des cours pourrait poser des problèmes à certains étudiants.

Quant au Dr Zain Chagla, un spécialiste des maladies infectieuses, il se demande quel est le réel objectif de l’université en obligeant d’avoir reçu au moins trois injections.

Selon lui, cette exigence pourrait avoir peu d’impact sur la transmission du virus, en plus de punir certains étudiants issus de communautés marginalisées où peu de gens sont allés chercher leur troisième dose.

La présidente de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, Marie Dolcetti-Koros, estime que les obligations vaccinales désavantagent les étudiants qui ont reçu des vaccins qui ne sont pas approuvés par Santé Canada, ou qui ne sont pas vaccinés pour d’autres raisons personnelles.

L’Ontario a levé ses obligations vaccinales pour accéder aux lieux publics il y a plusieurs mois. Certaines universités ont déjà annoncé qu’elles n’obligeront pas la vaccination pour accéder à leurs campus cet automne, mais d’autres établissements ne se sont toujours pas prononcés sur la question.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.