Loi fédérale sur l’équité salariale: une «victoire historique», dit l’AFPC

MONTRÉAL — La loi fédérale sur l’équité salariale, dont l’entrée en vigueur le 31 août prochain vient d’être annoncée, constitue une «victoire historique», croit l’Alliance de la fonction publique du Canada.

Le grand syndicat pancanadien a évalué que 900 000 travailleurs du secteur privé et 300 000 fonctionnaires, dont plusieurs de ses membres, sont concernés.

La ministre fédérale du Travail, Filomena Tassi, a annoncé la semaine dernière que la Loi sur l’équité salariale, adoptée en 2018, entrerait finalement en vigueur le 31 août prochain.

En vertu de cette loi, les employeurs sous réglementation fédérale qui ont au moins 10 employés disposeront de trois ans pour élaborer un plan d’équité salariale dans le but d’éliminer les écarts de salaire fondés sur le sexe.

Ensuite, ils devront réviser périodiquement le tout, afin de s’assurer du maintien de l’équité salariale.

Selon les statistiques officielles citées par la ministre Tassi, pour chaque dollar gagné par un homme, une femme gagne 89 cents.

L’équité salariale permet de corriger les écarts salariaux qui existent entre des catégories d’emplois à prédominance féminine et des catégories d’emplois à prédominance masculine qui peuvent être comparées.

«Après des décennies de lutte pour l’équité salariale, l’AFPC célèbre la mise en œuvre de la Loi sur l’équité salariale du Canada, prévue pour le 31 août 2021. Cette loi est une victoire historique dans la lutte pour l’égalité des genres. Elle contribuera à combler l’écart salarial entre les hommes et les femmes qui font un travail de valeur égale dans les milieux de travail régis par le gouvernement fédéral», écrit l’Alliance dans un message à ses membres.

Avec l’ancien système, il appartenait à un syndicat ou à une travailleuse qui s’estimait lésée de formuler une plainte individuelle — ce qui pouvait prendre plusieurs années avant d’être réglé, note l’AFPC dans un message à ses membres.

L’Alliance se réjouit aussi du fait que la loi exige que les employeurs prévoient un fonds pour éliminer les écarts salariaux qui sont constatés.

L’AFPC représente 200 000 travailleurs dans l’ensemble du pays. Au Québec, l’Alliance est affiliée à la FTQ.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.