Loi sur la neutralité religieuse: Ottawa réfléchit à ses options, dit Trudeau

DA NANG, Viêtnam — Dans la foulée de la contestation judiciaire déposée cette semaine contre la controversée loi québécoise sur la neutralité religieuse, le premier ministre Justin Trudeau a révélé, samedi, que le gouvernement fédéral réfléchissait activement à la manière dont il pourrait intervenir dans ce dossier.

Cette remarque de M. Trudeau constitue la première indication claire concernant la position d’Ottawa par rapport à la loi, qui exige notamment que les services gouvernementaux soient livrés et reçus à visage découvert, ce qui lui a valu de vives critiques à travers le pays pour ce qui est perçu comme étant de la discrimination à l’égard des musulmanes.

Plus tôt cette semaine, le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) et une citoyenne québécoise musulmane portant le voile intégral ont intenté une poursuite devant la Cour supérieure du Québec, à Montréal, contre la loi, soutenant qu’elle est inconstitutionnelle et discriminatoire à l’endroit d’un groupe déjà marginalisé.

Le gouvernement du Québec a défendu sa loi en disant qu’elle respectait la Charte des droits et libertés, et qu’elle assurait la sécurité de l’ensemble de la population.

Samedi, Justin Trudeau a affirmé que son gouvernement tentait de voir de quelle façon il pouvait contrer la législation, auparavant connue sous le nom de projet de loi 62.

Il a aussi réitéré son engagement à maintenir la Charte des droits et libertés de même que ses inquiétudes relativement à la pertinence pour les gouvernements de légiférer sur la tenue vestimentaire des femmes.