Loi sur les langues officielles: Québec partage ses orientations

QUÉBEC — Au moment où Ottawa se prépare à une modernisation de la Loi sur les langues officielles, Québec croit essentiel que celle-ci adopte une vision plus globale des langues officielles et reconnaisse que des deux langues officielles, le français est la seule à être minoritaire dans l’ensemble du Canada.

Dans le contexte des travaux de modernisation, la ministre québécoise responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel, a voulu faire part des cinq orientations du Québec à ce sujet au gouvernement fédéral.

Mme LeBel souligne qu’à titre de seule langue officielle minoritaire au Canada, la langue française est la seule ayant besoin d’être protégée et promue à la grandeur du pays. Elle note que la loi modernisée devrait donc prendre acte à la fois de la spécificité du Québec et des enjeux linguistiques des francophones ailleurs au Canada.

La ministre note qu’il faut parler d’équité et non plus d’égalité en matière de langue, puisque les besoins ne sont pas les mêmes partout. 

Elle explique que «pour avoir de l’équité et renforcer le français partout au Canada, il nous faut cette notion d’asymétrie entre les deux langues. Et pour cela, le français doit donc bénéficier de mesures particulières de protection et de promotion».

Les orientations proposées incluent également le respect des droits et la prise en considération des enjeux et des besoins réels des Québécois d’expression anglaise, de même que le respect du rôle et des responsabilités du Québec envers les communautés francophones et acadiennes à l’échelle du pays.

Laisser un commentaire