L’OMA se plaint de la désinformation en ligne contre les vaccins

TORONTO — Les médecins ontariens dénoncent la désinformation diffusée sur internet et les réseaux sociaux qui mine la confiance du public envers les vaccins.

L’Association médicale de l’Ontario (OMA), qui représente environ 31 500 médecins de la province, a lancé une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels afin de lutter contre les mythes entourant les vaccins.

Sa présidente, la Dre Nadia Alam, a souligné qu’il y a de plus en plus de patients qui avouent à leur médecin qu’ils craignaient de se faire vacciner ou qu’ils ne voulaient pas que leurs enfants soient immunisés à cause d’informations qu’ils ont lues en ligne.

«Ils sont plus inquiets des vaccins que des maladies elles-mêmes, a-t-elle déploré. Ils ne réalisent pas que les risques de maladie sont en réalité beaucoup, beaucoup plus grands.»

Les médecins ontariens rejoignent les rangs grandissants de responsables de la santé qui mettent en garde contre les conséquences de la non-vaccination systématique.

«Il existe plusieurs maladies contre lesquelles nous immunisons. Un seul cas peut se transformer rapidement en épidémie, a souligné la Dre Alam. À l’heure actuelle, il y a des épidémies de rougeole en Colombie-Britannique, aux États-Unis, en France, en Ukraine. Des milliers de personnes ont été infectées et des centaines sont mortes.»

Par deux fois au cours des récentes semaines, les autorités de la santé publique ont lancé un avertissement public au sujet d’un cas de rougeole. Le 5 mars, le médecin-hygiéniste adjoint de la ville de Vaughan a annoncé qu’un nourrisson de moins de 12 mois non vacciné avait été exposé au virus lors d’un voyage à l’étranger.

Selon la Dre Alam, l’un des mythes les plus préjudiciables sur les vaccins est une étude démentie liant la vaccination contre la rougeole à une augmentation des taux d’autisme chez les enfants.

«Malheureusement, cette méfiance s’est propagée comme une traînée de poudre, a-t-elle déclaré. Elle a persisté même si un certain nombre d’études ont montré depuis qu’il n’y avait absolument aucun lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme.»

La Dre Alam a recommandé aux gens de parler à leur médecin de famille s’ils s’inquiétaient de la vaccination.

«Parlez à votre médecin, faites part de vos préoccupations et obtenez les faits, a-t-elle dit. Ensuite, prenez l’une des décisions les plus importantes de votre vie pour votre enfant.»

Les plus populaires