L’OMS prédit un hiver «mortel» en Ukraine

KYIV, Ukraine — Les coupures de courant à travers l’Ukraine pourraient se poursuivre jusqu’en mars, selon l’un des chefs de l’énergie du pays, alors que les Ukrainiens se préparent à un hiver pénible après des semaines de frappes russes incessantes contre son réseau électrique.

Sergeï Kovalenko, le pdg du fournisseur d’énergie privé DTEK Yasno, a indiqué lundi soir dans un message sur Facebook que l’entreprise recevait des instructions de l’opérateur du réseau public ukrainien pour reprendre les interruptions d’urgence dans les zones qu’elle couvre, y compris la capitale Kyiv et la région orientale de Dnipropetrovsk.

«Bien qu’il y ait moins de coupures de courant maintenant, je veux que tout le monde comprenne : très probablement, les Ukrainiens devront vivre avec des coupures de courant jusqu’à au moins fin mars», a averti M. Kovalenko.

«Je pense que nous devons être préparés à différentes options, même les pires. Faites le plein de vêtements chauds, de couvertures, réfléchissez à ce qui vous aidera pendant un long arrêt», a-t-il dit, s’adressant aux résidents ukrainiens.

La Russie martèle le réseau électrique ukrainien et d’autres infrastructures depuis des semaines, alors que la guerre approche de son jalon de neuf mois. Cet assaut a provoqué des pannes généralisées et privé des millions d’Ukrainiens d’électricité, de chauffage et d’eau.

Les températures restent généralement en dessous de zéro en Ukraine pendant les mois d’hiver. Les autorités ukrainiennes ont commencé à évacuer les civils des sections récemment libérées des régions méridionales de Kherson et de Mykolaïv, craignant que l’hiver ne soit difficile à survivre.

M. Kovalenko a ajouté que même s’il n’y avait plus de frappes russes, des pannes programmées seront nécessaires dans toute l’Ukraine pour s’assurer que l’électricité est uniformément répartie sur le réseau électrique en difficulté.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a révélé que les frappes de missiles russes avaient endommagé plus de 50 % des installations énergétiques du pays, et l’Organisation mondiale de la santé a averti que des millions de personnes seront confrontées à un hiver «mortel» en Ukraine.

La bataille sur le terrain s’est poursuivie sans relâche malgré la détérioration des conditions météorologiques, les forces ukrainiennes faisant pression sur les positions russes dans le cadre d’une contre-offensive d’une semaine et les forces de Moscou poursuivant les bombardements et les frappes de missiles.

Dans un développement clé sur le champ de bataille, un responsable ukrainien a reconnu que les forces de Kyiv attaquaient les positions russes sur le Kinburn Spit, qui est une porte d’entrée vers le bassin de la mer Noire et des parties de la région méridionale de Kherson qui sont toujours sous contrôle russe.

Malgré un manque d’information autour de l’opération, Natalya Humenyuk, la porte-parole du Commandement opérationnel sud de l’armée ukrainienne, a indiqué dans des propos télévisés que les forces ukrainiennes «poursuivaient une opération militaire» dans la région.

Le Kinburn Spit est le dernier avant-poste de la Russie dans la région de Mykolaïv, au sud de l’Ukraine, directement à l’ouest de Kherson. Les forces ukrainiennes ont récemment libéré d’autres parties des régions de Kherson et de Mykolaïv.

Moscou a utilisé le Kinburn Spit comme terrain de rassemblement pour les frappes de missiles et d’artillerie sur les positions ukrainiennes dans la province de Mykolaïv et ailleurs le long de la côte de la mer Noire sous contrôle ukrainien.

L’Ukraine a récemment repris la ville de Kherson, sur la rive ouest du Dniepr, et les zones environnantes lors d’une avancée majeure sur le champ de bataille.

Capturer le Kinburn Spit pourrait aider les forces ukrainiennes à pénétrer le territoire que la Russie détient toujours dans la région de Kherson «sous beaucoup moins de tirs d’artillerie russe» qu’une tentative de traversée directe du Dniepr ne déclencherait probablement, a analysé lundi un groupe de réflexion basé à Washington.

L’Institut pour l’étude de la guerre a ajouté que le contrôle de la zone aiderait Kyiv à atténuer les frappes russes sur les ports maritimes du sud de l’Ukraine et permettrait à l’Ukraine d’accroître son activité navale en mer Noire.

Pendant ce temps, le bureau présidentiel ukrainien a annoncé mardi matin qu’au moins huit civils avaient été tués et 16 blessés au cours des dernières 24 heures, alors que les forces de Moscou utilisaient à nouveau des drones, des roquettes et de l’artillerie lourde pour pilonner huit régions ukrainiennes.

Depuis que la Russie a envahi son voisin le 24 février, la guerre a tué au moins 16 784 civils et fait 10 189 blessés, estime le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Dans la région orientale de Donetsk, de féroces batailles se sont poursuivies autour de la ville de Bakhmout, où les forces du Kremlin tiennent à remporter une victoire sans équivoque après des semaines de revers militaires embarrassants.

S’exprimant à la télévision ukrainienne, le gouverneur de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a déclaré que la Russie avait lancé des missiles sur la ville de Kramatorsk, qui abrite le quartier général local de l’armée ukrainienne, et sur la ville stratégique d’Avdiivka.

M. Kyrylenko a ajouté que l’alimentation électrique et les communications sont inexistantes dans la majeure partie de la région de Donetsk.

Selon le bureau présidentiel ukrainien, un civil a été tué et trois autres blessés après que la Russie ait bombardé la ville de Kherson, que les forces ukrainiennes ont reprise le 10 novembre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.